29ème : la place de l'économie française dans le monde, en termes de compétitivité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
29ème : la place de l'économie française dans le monde,
en termes de compétitivité
©

Happy Hour Atlantico

29ème : la place de l'économie française dans le monde, en termes de compétitivité

Chaque soir de la semaine avant de quitter le bureau, les 3 chiffres du jour pour briller en société... ou à la machine à café.

 Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr, c'est l'email qui tous les soirs résume l'actualité du jour et en deux minutes fait de vous la personne la mieux informée de votre entourage.

Voir la bio »

A propos des femmes candidates aux législatives qui seront moins nombreuses cette année qu’en 2007 (elles représenteront 40% des candidats, alors que ce chiffre était de 41,6% en 2007), L'association Osez le Féminisme révèle que 71,6% circonscriptions n'ont élu que des hommes depuis 1988.

A propos de la France qui devait être attaquée et mise à genoux par les marchés financiers sitôt François Hollande élu : les taux français à 10 ans ont touché aujourd’hui leur plus bas niveau historique: 2,351%.

A propos de il n’y a tout de même pas de quoi pavoiser, l’IMD (plus grande école de commerce Suisse) publie aujourd’hui son rapport annuel qui classe les principales économies du globe en fonction de leur compétitivité : 9ème, l’Allemagne est la seule représentante de la Zone Euro dans le top 10, la France dont la productivité serait inférieure de 21% à celle de l’Allemagne se classe 29ème entre le Chili et la Thailande, notre pays (toujours selon l’étude) serait en revanche en première place mondiale pour ce qui est de la perception négative à l’égard de réformes économiques et de la crainte de la mondialisation

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !