20 h France 2 : l'attentat d'Oslo après le Tour de France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Dès vendredi après-midi les images de l'horreur
Dès vendredi après-midi les images de l'horreur
©Reuters

EDITORIAL

20 h France 2 : l'attentat d'Oslo après le Tour de France

Deux reportages sur la victoire d'étape française avant la bombe en Norvège

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Un Français a remporté une étape du Tour de France à l'Alpe d'Huez, une première depuis Bernard Hinault semble-t-il. France Télévisions est partenaire du Tour de France et le diffuse en direct sur France 2 et France 3. C'est un bel événement. Malheureusement, vendredi en milieu d'après-midi un spectaculaire attentat ravage les façades de plusieurs immeubles du centre d'Oslo. Peu importe pour France 2 qui, dans le journal télévisé de 20h, vendredi soir, choisit de consacrer, comme si de rien n'était, ses deux premiers reportages à la victoire française.

Le reportage sur  la bombe qui a touché, entre autres, les bureaux du Premier ministre norvégien arrive au bout de plus de 5 mn. Il est court, et il n'y en aura pas d'autres. Comme téléspectateur, et comme journaliste, on est en droit de s'étonner.

Quel que soit le nombre de morts et de blessés (une dizaine au total selon les bilans disponibles hier soir lors du 20 h, rien à voir avec les 90 morts évoqués samedi matin) n'aurait-il pas été judicieux de commencer par ce reportage, même bref ?  La Norvège est une démocratie européenne, pas si loin de nous quels que soient les critères qui sont retenus pour qualifier la "distance" (politique, économique, géographique, culturelle etc..). On ne voit donc pas d'excuse à cette distanciation, à ce traitement secondaire, suivi d'un service minimum.

L'étonnement de certains se retrouve exprimé sur Internet, mais il énerve visiblement les collaborateurs de France 2 : dès vendredi soir, l'un d'eux répond de manière lapidaire "on a ouvert sur le Tour parce qu'on avait rien en stock sur la prostitution".

Puis ce matin on découvre un message satisfait " 22.2% pour le 1er de Julian . A nouveau 6 millions de fans pour le et France 2 devance TF1 sur la journée. Un bon vendredi! " Tant mieux pour les débuts de Julian Bugier dans la présentation du 20 h, mais est-ce vraiment un bon vendredi quand l'actualité sportive passe avant un grave attentat ? Pas sûr.

Mettre en cause le concurrent, TF1 (qui ouvert son 20h sur l'attentat), parce qu'il a, en plus, consacré un sujet aux menaces islamistes (comme l'éditorial de Libération paru ce matin, et un long article) démenties, sous réserve de confirmation, ce matin par l'hypothèse d'un terrorisme national d'extrême droite, ne paraît pas non plus une bonne idée.

Autre justification maladroite, avancée par des collaborateurs de France2  l'audience du 20h monterait pour atteindre un pic en milieu de journal vers 20h15. Cela paraît doublement dérisoire. D'une part parce que le court sujet sur Oslo a été diffusé vers 20h06, pas 20h15. D'autre part, parce que si c'est le cas, pourquoi ne pas mettre le Tour de France à 20h15 avec ses deux reportages pour qu'il bénéficie de la meilleure audience ? Et pourquoi ne pas le faire tous les jours.

Si l'immeuble du ministère des Finances à Bercy, et la résidence du Premier ministre à Matignon avaient vu leurs façades soufflées par une violente explosion, même sans faire de victimes, je n'imagine pas que France2 aurait commencé par deux reportages sur le Tour de France.

Avoir une certaine exigence, même maladroitement exprimée, face au service public me paraît justifié, comme le fait que des téléspectateurs expriment dans certains cas leur étonnement face à la hiérarchie de l'information choisie.

Contrairement à certains je ne pense que ce ne fut pas un "bon vendredi" ni pour le journalisme télévisé, ni pour France 2.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !