"Soudain le large" : un hymne à la mer, un hymne à l'amour, très peu convenus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Soudain le large" : un hymne à la mer, un hymne à l'amour, très peu convenus
©

Atlanti-culture

"Soudain le large" : un hymne à la mer, un hymne à l'amour, très peu convenus

Marie-Christine Lebrun

Marie-Christine Lebrun

Marie-Christine Lebrun est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

LIVRE

SOUDAIN LE LARGE

de JULIEN DECOIN

Ed. du SEUIL

255 pages

18 €

RECOMMANDATION 

EXCELLENT

THEME 

Une nuit, dans le port de plaisance de Cherbourg, une jeune femme tombée à l’eau (suicide? accident?) est sauvée par un jeune homme. Qui est-elle ? Qui est-il ? Le récit, sous une forme proche d’un journal de bord, écrit au présent, s’intéresse tour à tour à chacun des personnages, et laisse aussi beaucoup de place aux dialogues. Le carré exigu d’un voilier est le point de départ d’une histoire romanesque qui se déploie du quai au grand large . Entre accalmies et tempêtes, le lecteur découvrira la pointe du Cotentin et la petite île anglo-normande d’Alderney, en passant par le redoutable Raz Blanchard .

POINTS FORTS 

- Une tension dramatique soutenue, avec des coups de théâtre.

- Des personnages secondaires pittoresques, notamment sur l’île d’Alderney.

- De magnifiques descriptions de paysages maritimes.

POINTS FAIBLES 

Je n’en vois pas.

EN DEUX MOTS 

Dès les premières lignes, Julien Decoin nous embarque…Un homme, une femme, la Manche : tous les ingrédients pour une histoire d’amour qui aurait pu être un peu convenue. C’est loin d’être le cas. D’énigmes en rebondissements, celle-ci sort des sentiers battus – fussent-ils ceux d’Alderney- , et même des radars du CROSS,  pour parler de navigation, de littérature, de rêve, et de liberté. L’auteur joue avec le mythe du marin, et offre un véritable hymne à la mer.

La pointe de la Hague, Goury, les Anglos- Normandes…on retrouve les paysages si chers à Didier Decoin dont le fils Julien a humé les saveurs et apprécié l’âpre beauté depuis l’enfance. Une filiation revendiquée dès la dédicace : « A mon père, sa mer et ses mots ».

UN EXTRAIT

ou plutôt deux:

- «  Le marin ne peut pas aimer la fille qui ne boit pas. Le marin ne peut aimer qu’une femme qui encaisse, les tempêtes et les verres. A moins que celui-ci ne s’éprenne du fragile. Ne raconte-t-on pas, au fond des livres, que le marin est l’homme le plus fervent de poésie, le plus à même de comprendre la mer ?  »

- « Dehors ça se calme, le voilier s’est lové bien sagement contre son quai, les bouts sont au repos, le mât bien droit ne balance plus, les drisses sont silencieuses, les mouettes aussi, c’est l’heure de l’étal, lorsque la mer ne descend ni ne monte, mais profite de là où elle en est. La renverse. Une dizaine de minutes où tout est possible. »

L’AUTEUR 

Julien Decoin , fils du romancier et scénariste Didier Decoin, est né à Paris en 1985. Assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision, il  a publié son premier roman , Un Truc sauvage, en 2014. 

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !