"Rhapsodie des oubliés" de Sofia Aouine : au bonneteau tu perds toujours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Rhapsodie des oubliés" de Sofia Aouine : au bonneteau tu perds toujours
©

Atlanti Culture

"Rhapsodie des oubliés" de Sofia Aouine : au bonneteau tu perds toujours

Didier Cossart pour Culture Tops

Didier Cossart est chroniqueur pour Culture Tops

Voir la bio »

"Rhapsodie des oubliés" 

de Sofia Aouine 

Editeur La Martinière, 197 pages

RECOMMANDATION
Bon


THÈME
Dans une rue du quartier de Goutte d’Or vit Abad treize ans, fils d’exilés libanais. Abad nous décrit son quartier et ses occupations de « cassos » à traîner dans la rue entre les dealers, les prédicateurs salafistes, les esclaves du sexe. Tout est moche dans son monde, même les aides sociales.     

POINTS FORTS
Le style réaliste est bien poussé à l’extrême en utilisant comme base la langue du trottoir mise dans la bouche d’un gamin de treize ans des quartiers défavorisés du nord de Paris. Mais sans tomber dans le vulgaire ni le difficilement compréhensible. Le son est agréable et il y a de belles trouvailles littéraires. L’absence de dialogue entre les communautés est bien rendue. 

POINTS FAIBLES
Il s’agit d’un récit froid, décrivant crûment la sale vie des gens de son quartier, insistant sur le supplice des esclaves du sexe, la cruauté des hommes. Il n’y a aucune étude des caractères, peu d’analyse des situations et des sentiments. Juste une description nauséabonde de la misère humaine. 

EN DEUX MOTS 
Comme au bonneteau, tu crois tirer la bonne carte de vie mais c’était celle d’à côté. Circulez, il n’y a rien à voir dans certains quartiers de Paris, sinon les oubliés.

UN EXTRAIT
“Je voyais pour la dernière fois mon quartier. La gueule écrasée contre la vitre arrière de cette camionnette blanche pourrie siglée ASE. « Aide sociale à l’enfance », un nom étrange qui sonnait à mes oreilles comme une cause perdue. La mienne. Je regardais ma vie s’éloigner, pareille aux chiens errants qu’on ramasse pour les amener au chenil avant de les piquer, parce que personne n’en veut, même plus la rue. Je trônais misérablement dans le petit espace du coffre étroit.” (p.181)

L'AUTEUR
Née en 1978 Sofia Aouine est autodidacte en littérature. C’est son premier roman.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !