"Nous, le peuple iranien" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Nous, le peuple iranien"
©ATTA KENARE / AFP

Bonnes feuilles

"Nous, le peuple iranien"

Extrait du livre d'Ardavan Amir-Aslani, "De la Perse à l'Iran, 2 500 ans d'histoire", publié aux éditions de l'Archipel (1/2).

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio »

Nous, le peuple iranien 

"Nous ne sommes pas comme tout le monde, on ne peut nous comprendre." Beaucoup d'Iraniens pensent ainsi. Et sans prétention aucune : il s'agit là d'une simple constatation. Comment leur en vouloir ? L'histoire de leur peuple, de leur pays, de leur culture remonte pour ainsi dire à la nuit des temps : sept mille ans en tant que civilisation, deux mille conq cents ans en tant qu'Etat souverain, ce qui en fait le plus ancien au monde. On ne compte guère que les Grecs, les Egyptiens, les Chinois et les Indiens pour posséder une si longue histoire. Mais ils ont une spécificité de plus : ils sont l'un des rares peuples sur la terre à vivre au sein des mêmes frontières que leurs ancêtres. Armés de ces simples rappels, on se figure mieux la fierté des Iraniens vis-à-vis de leur passé et de son rayonnement dans l'histoire du monde : cela fait deux millénaires et demi qu'on parle régulièrement d'eux ! 

On parle d'eux, oui, mais... on les connaît si mal. 

On n'en retient que quelques traits marquants, les restes d'une antique grandeur à Persépolis, la beauté d'une poésie fine et curieuse, sans oublier le voile de l'islam, qui recouvre tout, alors qu'au sein même de la dernière religion révélée, l'Iran se distingue encore une fois par son originalité. On les connaît si mal, alors qu'ils ont réussi  une sorte de miracle : conserver leur culture à travers le temps, ainsi que tous les acquis de leur civilisation. 

Bien que plusieurs fois envahis, par les Grecs, les Arabes, les Turcs et les Mongols, les Iraniens n'ont jamais été détruits ou, pire encore, assimilés. Leur culture, leur peuple ont survécu à tous les traumatismes, même les plus violents. Quelle vitalité et quelles ressources ce peuple n'a-t-il pas en lui, pour avoir réussi à transformer même les plus humiliantes défaites en victoires ! A travers les âges, ce qui a donné sa force au peuple iranien dans l'adversité reste très certainement son profond attachement à sa culture et à son art de vivre. Vaincus, les Iraniens ? Alors qu'ils finissent toujours pas intégrer l'envahisseur, l'étranger, en "l'iranisant", un fait extrêmement rare dans l'histoire des peuples ? Face à l'invasion arabe, la civilisation égyptienne s'est perdue en l'espace de deux générations. Il n'y a pas eu de phénomène semblable en Iran. 

Enrichie par l'assimilation des éléments extérieurs, la culture des Iraniens, qui a beaucoup pris mais aussi beaucoup donné, fut ainsi préservée pendant deux mille cinq cents ans. Il est amusant de souligner que la Perse et la Grèce, ces deux vieux ennemis, sont plus semblables qu'il n'y paraît. Comme les Grecs, les Perses ont tendance à s'attribuer volontiers toutes les gloires de l'humanité. Science, culture, savoir, tout vient de la Perse. Ce n'est pas totalement vrai... ni totalement faux. A la tête d'un empire ou envahie, la Perse a su emprunter à ses voisins et à leurs sujets, notamment les civilisations nées autour du Tigre et de l'Euphrate comme à celles d'Asie centrale. Mais sa force a toujours été sa capacité d'assimilation, tout en sauvegardant ses spécificités. La Perse avec tous ses envahisseurs procéda exactement de la même manière que la Grèce avec Rome :  conquise militairement, c'est culturellement qu'elle a, pour paraphraser Horace, "conquis son farouche vainqueur". Les Moghols, qui avaient conquis la Perse, étaient devenus persanophones et fondèrent, avec leur premier empereur, Babur (1483-1530), un empire persan en Inde, tout comme les Arabes qui avaient eux aussi intégré la richesse de la culture et de la civilisation perse. Non, décidément, les Iraniens ne seront jamais un peuple comme les autres !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !