Ardavan Amir-Aslani | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

À Propos

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog, www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

 

Ses Contributions

Ebrahim Raisi au ministère de l'Intérieur de la capitale Téhéran, le 14 avril 2017.

Négociations

Vers un break-out ou un accord nucléaire ? L'heure des choix pour l'Iran et les Etats-Unis

Les négociations sur le nucléaire iranien vont reprendre à Vienne. L'Iran n'arrêtera pas son programme nucléaire sans une levée de toutes les sanctions économiques qui le frappent. Les Etats-Unis se préparent d'ores et déjà à l’éventualité d’un échec diplomatique.

Le premier ministre australien et le secrétaire américain à la Défense passent devant une garde d'honneur militaire alors qu'ils se rendent à une réunion au Pentagone, le 22 septembre 2021 à Arlington, en Virginie.

Sentiment de trahison

Création de l'AUKUS : l'indignation à géométrie variable de la France

Kazem Gharib Abadi, gouverneur de l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), quitte le Grand Hôtel Wien après les négociations nucléaires à huis clos.

Atome

Négocier la survie de l'accord sur le nucléaire iranien, un objectif chimérique ?

La République islamique estime avoir assez de poids pour obtenir beaucoup de ces négociations (entre autres une levée de toutes les sanctions à son égard) en échange de restrictions sur son programme nucléaire.

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, le 25 août 2021 à Téhéran.

Puissance régionale

L'Iran à la conquête de l'Est

Le nouvel ordre mondial sera t-il dominé par l'Asie ? C'est le pari de l'administration Raïssi face à la déliquescence de la puissance occidentale, et malgré l'acharnement des Etats-Unis à vouloir contrer les grandes puissances du monde asiatique, l'Iran, la Chine et la Russie en tête.

Entre l'Iran et l'Occident, une guerre des nerfs en faveur de Téhéran

Stratégie sur le long terme

Entre l'Iran et l'Occident, une guerre des nerfs en faveur de Téhéran

L'Iran le sait : le temps est son meilleur allié. Il s'emploie donc à l'utiliser à son avantage.

Le partenariat stratégique AUKUS laisse de côté la France.

Pourquoi l'AUKUS menace la Chine dans le Pacifique

La révélation, le 15 septembre dernier, de l'existence du partenariat stratégique AUKUS entre les Etats-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni, ainsi que la commande de sous-marins à propulsion nucléaire américains pour Canberra, a relancé le débat sur la sécurité de la zone Indo-Pacifique et contribué, chose rare, à inquiéter Pékin. 

Le président iranien Ebrahim Raïssi s'exprime devant le parlement dans la capitale Téhéran, le 25 août 2021.

Reprise des négociations

Pour l'Iran, l'avenir s'écrira en dehors de l’accord nucléaire

La nouvelle administration iranienne tente d'élaborer une stratégie pour neutraliser l'impact des sanctions sur son économie. L'Iran se tourne vers l'Est, vers la Chine et la Russie.

Un drapeau national azerbaïdjanais flotte à côté du pont médiéval de Khudaferin dans le district de Jebrayil, à la avec l'Iran.

Géopolitique

Face à l'Azerbaïdjan, l'Iran rappelle qu'il est maître en son royaume

Vendredi 1er octobre, l'Iran a déployé drones, hélicoptères et artillerie le long de sa frontière commune avec l'Azerbaïdjan. Une démonstration de force qui répond à plusieurs sujets de discorde sciemment entretenus par l'Azerbaïdjan au prix d'un agacement croissant de son puissant voisin.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison.

Géopolitique

La crise des sous-marins, une débâcle mais aussi une chance pour la France

La France a une leçon à tirer de la crise des sous-marins : celle fondée sur la phrase attribuée au Général de Gaulle : « la France n’a pas d’alliés mais des intérêts ». Le mépris témoigné par Washington à l’égard de la France démontre la nécessité absolue d’une Europe de la défense.

Des soldats israéliens en juillet 2021.

Pourquoi une intervention militaire d'Israël contre l'Iran est improbable

Il est de notoriété publique qu'Israël cherche à fourbir ses armes contre l'Iran et à l'empêcher de devenir une puissance nucléaire. Mais l'Etat hébreu ne va pas risquer d'embraser le Moyen-Orient, pour plusieurs raisons.

Le président iranien Ebrahim Raïssi va assister au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï.

Diplomatie

Vers une reconfiguration des équilibres géopolitiques en Asie centrale

Pour son premier voyage à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir, le président iranien Ebrahim Raïssi devrait se rendre la semaine prochaine au Tadjikistan, pour assister au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï. Une première victoire diplomate pour le nouveau président.

Des soldats iraniens lors d'une parade militaire à Téhéran, en 2019.

Place vacante

L'Iran, nouveau « gendarme » de l'Asie centrale et du Moyen-Orient ?

Avec le départ des derniers soldats américains d'Afghanistan, l'Iran a une carte à jouer dans la région. Il s'agit en effet de la seule puissance locale disposant d'une force de frappe organisée, étendue, et d'une connaissance pointue des enjeux régionaux.

Des soldats américains, le 16 septembre 2004, dans le quartier de Mansur à Bagdad, en Irak.

Moyen-Orient

Après l'Afghanistan, l'Irak sera-t-il la nouvelle victime d'un retrait américain ?

Alors que les Etats-Unis vont officiellement quitter l'Afghanistan le 31 août prochain, l'incertitude demeure sur la situation sécuritaire en Irak. Après la décision de Joe Biden suite à l'arrivée au pouvoir des talibans, l'Irak va-t-il connaître le même sort que l'Afghanistan ?

Le mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur des talibans.

Quel avenir pour l'Afghanistan de nouveau livré au chaos ?

Le retour de l'Afghanistan dans le giron d'un mouvement fondamentaliste musulman pose naturellement de multiples problématiques qui auront des répercussions bien au-delà de ses frontières, et sans doute pour longtemps. 

Ebrahim Raeissi lors de sa prestation de serment, le 5 août au parlement.

Du pain (barbari) sur la planche

Les premiers défis du nouveau président iranien

Ebrahim Raeissi a été officiellement investi comme nouveau président de la République islamique d'Iran. L'accumulation de défis avant même qu'il ait pris ses fonctions va nécessiter qu'il les relève dans l'urgence.

Le gouverneur de l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Kazem Gharib Abadi.

Opportunité ratée

Les multiples et irréversibles erreurs des Européens dans la sauvegarde de l'accord sur le nucléaire iranien

Dans le cadre des négociations viennoises sur le nucléaire iranien, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne brillent non seulement par leur inutilité pour donner une issue favorable à un processus difficile mais également par la série d'erreurs stratégiques qu'ils ont accumulées.

L'Iran fait face à une grave crise de l'eau.

En escadrille

Les crises se succèdent en Iran

L'accumulation de crises diverses subies par l'Iran ces trois dernières années atteint désormais un tel point de gravité que l'hypothèse d'une nouvelle révolution gagne chaque jour en crédibilité.

L'Iran aurait tout à gagner à obtenir une levée rapide des sanctions économiques afin de lancer le mandat de Raeissi.

Nucléaire iranien : le mauvais calcul des conservateurs

Selon toute vraisemblance, aucun accord sur le nucléaire iranien ne verra le jour avant l'installation officielle de la nouvelle administration du pays, qui aura lieu le mois prochain. Les conservateurs iraniens mènent là un calcul hasardeux, qui condamne déjà tout accord éventuel.

Des responsables talibans, lors d'une conférence de presse à Moscou le 9 juillet 2021.

Géopolitique

Les Etats-Unis donnent les clés de l'Afghanistan aux talibans... et à l'Iran

On peut s'étonner que les Américains laissent les clés du conflit afghan, central dans la région, entre les mains de la République islamique, alors que le bras de fer entre les deux pays autour de l'accord nucléaire est encore loin d'être résolu.

Le président américain, Joe Biden, s'entretient avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, avant une session plénière d'un sommet de l'OTAN à Bruxelles, le 14 juin 2021.

Diplomatie

Et les vraies raisons de la complaisance des Etats-Unis vis-à-vis de la Turquie sont…

Depuis l’arrivée de Joe Biden, la Maison Blanche s’est montrée très conciliante avec Recep Tayyip Erdogan malgré ses multiples provocations, des achats de S-400 russes à ses attaques contre les Kurdes alliés des Occidentaux en passant par ses provocations militaires en Méditerranée.

Contributeurs les + lus