"Ils ont les dollars, nous avons Allah!" déclara Erdogan. Et la livre turque tomba encore plus bas… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Ils ont les dollars, nous avons Allah!" déclara Erdogan. Et la livre turque tomba encore plus bas…
©BULENT KILIC / AFP

Plouf!

"Ils ont les dollars, nous avons Allah!" déclara Erdogan. Et la livre turque tomba encore plus bas…

Pour sauver son économie en perdition le président turc a fait appel à son autorité suprême. Résultat : un nouveau plongeon.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Donald Trump défend les siens. Accusé de terrorisme un pasteur américain est emprisonné en Turquie. Alors le président des Etats-Unis a montré ses muscles. Il a imposé des taxes prohibitives sur l'acier et l'aluminium turcs.

La livre turque qui se portait déjà bien mal a alors connu une chute vertigineuse. Panique à Ankara. Erdogan a sollicité les sentiments patriotiques de ses sujets.

"Pour sauver notre livre précipitez-vous dans les banques et échangez vos dollars, vos euros, votre or pour notre monnaie nationale".  Cela n'a fait qu'augmenter la panique.

Erdogan a sorti le grand jeu : "Ils ont des dollars, nous avons Allah!". La bourse d'Ankara est restée rétive à cet appel. Et, négligeant tout à fait Allah qui n'est quand même pas rien, a continué à baisser. Le Coran n'est pas le livre de chevet des investisseurs turcs : la livre est tombée encore plus bas.

Il y a très longtemps Allah fut une valeur sûre. Au septième siècle l'agence Moody's lui accorda le AAA, sa meilleure note. Puis lentement Allah se dévalorisa. Aujourd'hui sa notation a été suspendue.

Moody's lui a infligé un 000. Il est vrai que cette agence est contrôlée par des mécréants. Peut-être même qu'il y a des Juifs parmi eux. Pauvre Erdogan ! Peut-être devrait-il se tourner vers un autre dieu?

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !