"Contre le coronavirus, faites vos prières 5 fois par jour : il ne peut rien vous arriver." Ils sont des centaines de milliers à avoir entendu ça... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
"Contre le coronavirus, faites vos prières 5 fois par jour : il ne peut rien vous arriver." Ils sont des centaines de milliers à avoir entendu ça...
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Allah plus fort que les experts médicaux

"Contre le coronavirus, faites vos prières 5 fois par jour : il ne peut rien vous arriver." Ils sont des centaines de milliers à avoir entendu ça...

L'état d'urgence sanitaire, c'est bien. L'état d'urgence spirituel, c'est mieux.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

 

Si nous ne trouvez pas de masques, empruntez un Coran à un de vos amis musulmans. Si vous êtes en rupture de paracétamol, essayez de vous procurer un tapis de prière. Et si vous êtes mécréant et que vous avez peur du virus, convertissez vous à l'islam.

Telles sont les recommandations que je tiens à vous faire après avoir écouté les sages paroles de Rachid Eljay, l'imam de Brest. Comme de nombreux autres Français de toute confession, je lui accorde ma confiance depuis 2015. Cette année-là, sur une vidéo où on le voyait enseignant les rudiments du Coran à des enfants, il les a menacés : "si vous écoutez de la musique, vous serez transformés en porcs" !

Depuis, chaque fois que je croise des camions transportant des cochons vers les abattoirs, je me demande si ces malheureuses bêtes n'ont pas été des enfants dans une vie antérieure. S'il vous plaît, arrêtez immédiatement de manger du porc !

Cette fois-ci, le saint homme a entrepris une nouvelle fois de sauver des vies. Que son nom soit béni (j'allais dire, imbécile que je suis, sanctifié). Ecoutons-le. Sa vidéo date du 29 février. Les mosquées étant fermées pour cause de coronavirus, comment faire pour se rapprocher de Dieu ? C'est assez simple.

Voici les mots, ô combien utiles, de Rachid Eljay. "Depuis la propagation du coronavirus, beaucoup s'inquiètent, beaucoup se posent la question : "comment se prémunir ?"" "Toute personne qui dit ces paroles trois fois le matin et trois fois le soir : aucun mal ne la touchera", assure-t-il avant de prononcer la dite prière en arabe.

"C'est une parole prophétique. Et la parole du prophète est véridique. Il s'agit d'une invocation à prononcer, à lire, à réciter, avec méditation et conviction. Des paroles très simples. Trois fois le matin, trois fois le soir, rien ne pourra t'arriver inch Allah."

Toutefois, Rachid Eljay n'omet pas de préciser qu'il faut suivre les préconisations des experts médicaux. Il les juge utiles mais manifestement insuffisantes. Car les experts ne savent pas tout. Alors qu'Allah est omniscient. Cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois avant d'être corrigée avant-hier au dernier moment. L'imam de Brest, homme avisé, est prudent.

Dans certains quartiers de nos villes, des "jeunes" bravent le confinement. Ils le font avant tout car ils n'acceptent pas les consignes d'un Etat réputé islamophobe et raciste. Ils le font peut être aussi car ils ont écouté les paroles de Rachid Eljay. Ce dernier est présenté dans les journaux comme un "imam controversé". Non, c'est juste un sale type.

PS : le Télégramme de Brest prend la défense de l'imam car il est, selon ce journal, "attaqué par l’extrême droite". Le journalisme peut être aussi un déshonneur.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !