"Cherchons infirmière noire à domicile pour personne racisée" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Cherchons infirmière noire à domicile pour personne racisée"
©JOHANNES EISELE / AFP

Bienvenue chez les fous

"Cherchons infirmière noire à domicile pour personne racisée"

Cette annonce est parue sur le compte Twitter Globule noir qui s'adresse exclusivement aux non-blancs.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Une infirmière noire, c'est assez rare. Pour avoir passé quelques mois à l'hôpital, j'ai pu constater qu'il y en avait quasiment pas. En revanche, presque toutes les aide-soignantes sont noires. Il est vrai que ces emplois sont le plus souvent réservés aux originaires de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane et de La Réunion.

Donc, une infirmière noire c'est, hélas, peu fréquent. C'est pourquoi le collectif Globule noir, qui regroupe des soignants de la même couleur que son nom, s'est résolu à lancer ce SOS. Cette initiative suscite quelques polémiques. Les syndicats médicaux protestent. Et nombreux sont ceux qui y voient un racisme anti-blancs.

N'exagérons rien. Au contraire, Globule noir devrait être reconnu d'utilité publique. Car il donne des renseignements précieux. Ainsi, il publie une liste (noms et adresses) de gynécologues noires qui exercent en Île-de-France. Elles seules peuvent s’occuper efficacement et tendrement d'un ventre noir.

Avec une gynécologues blanche, il y aurait en effet des risques. Peut-être serait-elle raciste ? Peut-être répugnerait-elle à palper une peau noire ? Peut-être même s'arrangerait-elle pour faire du mal au fœtus que la parturiente porte dans son ventre ? Peut-être qu'elle lui jetterait le mauvais œil ?

Tandis qu'avec une gynécologue noire, on est entre "sistas", comme disent les Noires aux Etats-Unis. Cette initiative de Globule noir en appelle d'autres. Pourquoi une femme musulmane irait-elle se mettre entre les mains d'une gynécologues kouffar ? Quelle garantie aurait-elle que la praticienne ne soit pas islamophobe ? Et comment vérifier qu'elle n'est pas juive ?

Pour les Juives, la même prudence s’impose. Nous appelons de nos vœux la création d'un site Globule juif. Là, on trouvera la liste des gynécologues juives, les seules dont on sera sûr qu'elles ne feront aucun mal à d'autres Juives ?

Car sinon – qui sait ? - chez les gynécologues goys, il pourrait y avoir des antisémites. Voila. Nous vivons une époque formidable dans un pays formidable qui s'appelle la France où l'entre-soi a de l'avenir. Les Noirs d'un coté, les Blancs de l'autre. Ça a existé en Afrique de Sud. Ça s'appellait l'apartheid, mais il paraît que ce n'était pas bien.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !