Bataille de la compétitivité, bataille de l'emploi, même combat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
 Bataille de la compétitivité, bataille de l'emploi, même combat
©

Tribune

Bataille de la compétitivité, bataille de l'emploi, même combat

François Hollande a précisé le contenu de son "Pacte de responsabilité" lors de sa troisième conférence de presse hier mardi.

Pierre Haas

Pierre Haas

Pierre Haas, après avoir servi comme officier dans les Forces françaises libres du Général de Gaulle, a fait carrière de 1950 à 1965 comme directeur général de Continental Grain France, puis à partir de 1963 à la Banque Paribas comme directeur des affaires financières internationales, puis président de Paribas International.

Il a été membre de nombreux conseils d’administration parmi lesquels on citera : Schneider S.A., Newmont Gold à Denver, Power Corporation du Canada et Power Financial.

Voir la bio »

En France, la peur des mots n’est autre que celle d’une réalité qu’il s’agit de masquer à une opinion le plus souvent consciente du subterfuge.

Dans la situation présente où un taux d’inflation à 0,73% indique que la France est dans le vestibule d’une déflation, que seule une relance de l’activité économique peut éviter, la priorité est de restituer aux entreprises leur compétitivité.

Compétitivité dont l’insuffisance est une des causes du chômage, notamment des jeunes, et dont la responsabilité, pour la plus grande part, repose sur une fiscalité abusive, des charges sociales excessives, une législation du travail inflexible, une réglementation trop complexe et pesante, des normes nombreuses souvent désuètes ou inutiles, cette litanie pourrait encore se poursuivre.

Dans ce contexte, parler de "Pacte de Responsabilité" n’a d’autre objet pour le président que d’éviter d’être accusé de faire des cadeaux aux entreprises.

Mais en l’absence d’entreprises performantes, donc responsables, dans un monde globalisé où toutes les nations sont concurrentes entre elles, qui d’autre peut assumer la responsabilité de la création de richesses, garante du niveau de vie et du système de protection sociale dont nous sommes, à juste titre, si fiers ?

Surement pas l’Etat par nature dépensier et au sujet duquel ce qui a été dit n’est pas, nécessairement, rassurant.

Il est dommage qu’en trois heures le Chef de l’Etat n’ait pas trouvé le temps de dire : bataille de l’emploi, bataille de la compétitivité : même combat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !