Ces trottinettes qui font peur aux piétons, aux cyclistes, aux automobilistes… à tout le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Trottinettes électriques - AFP
Trottinettes électriques - AFP
©KENZO TRIBOUILLARD / AFP

La trottinette, c'est pas si chouette

Ces trottinettes qui font peur aux piétons, aux cyclistes, aux automobilistes… à tout le monde

On ne compte plus les blessés, et parfois même les morts, dus aux trottinettes qui vont trop vite, ne sont pas là où elles devraient être, ne respectent pas les règles de la circulation.

Maintenant qu'il n'est plus nécessaire d'avoir des mollets d'acier pour les faire avancer, les trottinettes peuvent atteindre des vitesses folles, ce qui peut être dramatiquement dangereux sur les trottoirs où les passages piétons, d'autant que l'effort physique n'est plus là pour nous faire prendre conscience de notre vitesse. C'est ainsi qu'un homme de 81 ans a été percuté par une trottinette électrique sur un passage piéton vendredi dernier, à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. Il a été projeté à trois mètres et a perdu la vie à l'hôpital suite à un polytraumatisme. 1 378 accidents de trottinettes et rollers ont eu lieu entre 2013 et 2018, essentiellement suite à des collisions avec des voitures, des scooters ou des vélos, ou les piétons percutés par des trottinettes se prenant pour des Ferrari. Ce chiffre risque de ne pas baisser avec l'arrivée de modèles en libre-service dans les grandes villes, comme à Paris, Lyon ou Bordeaux, et même des ventes aux particuliers. Le principal problème est que les adeptes de ce nouveau moyen de transport ne respectent pas les règles, pas plus le port du casque que la limitation à 25km/h dans le domaine public, puisque certaines passent les 40km/h.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !