Tokyo accueillera les Jeux Olympiques de 2020 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Tokyo a déjà accueilli les Jeux Olympiques. C'était en 1964.
Tokyo a déjà accueilli les Jeux Olympiques. C'était en 1964.
©

Victoire

Tokyo accueillera les Jeux Olympiques de 2020

La capitale japonaise a été préférée à Istanbul.

C'est une belle victoire pour Tokyo. La capitale japonaise a été choisie samedi 7 septembre pour accueillir les Jeux Olympiques de 2020. Favorite des bookmakers, Tokyo a finalement emporté la mise, quatre ans après avoir été battue par Rio de Janeiro dans la course aux olympiades de 2016. En tête lors du premier tour du scrutin qui s'est déroulé à Buenos Aires, avec 42 voix sur 94, Tokyo a ensuite battu Istanbul, recueillant 60 suffrages contre 36.

Istanbul connaît, en revanche, une nouvelle déception après ses défaites en 2000, 2004 et 2012. Madrid, à égalité de voix avec la ville turque (26) a été battue dans un second temps (49 voix à 45) pour être finalement éliminée dès le premier tour. Tokyo a, de son côté, séduit les jurés par les garanties qu'elle offre. Avec un budget estimé à 7 milliards d'euros, un projet compact (85% des sites, répartis entre le front de mer et les anciennes installations des Jeux de 1964, se situent à moins de 8  kilomètres du village olympique) et une sécurité parmi les meilleures au monde, Tokyo a pu facilement convaincre le CIO.

C'est donc la quatrième fois que la comité olympique confie au Japon l'organisation de Jeux Olympiques. Tokyo avait déjà accueilli les Jeux d'été en 1964 l'été, Sapporo avait fait de même en 1972 et Nagano s'était vu confier l'organisation des Jeux d'hiver en 1998. Le pays, qui s'était lancé dans la course aux Olympiades juste après la catastrophe de Fukushima, peut ainsi tourner la page. «Aujourd'hui, sous le ciel bleu de Fukushima, des enfants jouent au ballon et regardent vers l'avenir, pas vers le passé», a déclaré le premier ministre nippon, Shinzo Abe.

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !