Taylor Swift accusée de racisme : son dernier clip "Wildest dreams" glorifierait l'Afrique colonialiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Taylor Swift accusée de racisme : son dernier clip "Wildest dreams" glorifierait l'Afrique colonialiste
©Reuters

Polémique

Taylor Swift accusée de racisme : son dernier clip "Wildest dreams" glorifierait l'Afrique colonialiste

Cette vidéo est accusée par certains éditorialistes de promouvoir un "cliché fantasmé" et dérangeant du "colonialisme blanc".

Après avoir raflé les pricipales récompenses des MTV Video Music Awards, Taylor Swift est cette fois au coeur d'une polémique. La chanteuse est accusée de racisme. En cause, son dernier clip "Wildest dreams" ayant pour cadre la savane. La chanteuse y incarne une actrice en plein tournage d'un film romantique dans lequel elle vit une histoire d'amour compliqué avec un acteur joué par Scott Eastwood. Problème, tous les acteurs sont blancs.

A lire aussi : MTV Video Music Awards : Taylor Swift rafle les principaux prix, Kanye West veut devenir président

Aux Etats-Unis, la vidéo signée Joseph Kahn a été sévèrement critiquée. Plusieurs médias, dont la NPR, la radio publique américaine, ont ainsi accusé la star de rêver d'une Afrique blanche. D'autres l'ont critiquée l'accusant de donner une image très glamour de cette époque (les années 1930). Cette vidéo est accusée par certains éditorialistes de promouvoir un "cliché fantasmé" et dérangeant du "colonialisme blanc".

Un autre clip de Taylor Swift a déjà fait polémique outre-Atlantique. ''Shake it off'', avec ses danseuses classiques blanches et ses danseuses de twerk noires, avait ainsi été accusé de véhiculer des stéréotypes et avait valu à la chanteuse de country reconvertie dans la pop d'être taxée de raciste.

Voici la vidéo incriminée :

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !