Sylvie Vartan publie un album de cinq titres en soutien à l'Ukraine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'artiste va sortir un album "Odessa (Sylvie Vartan Chante pour l'Ukraine)". Les recettes seront redistribuées à l'Unicef au profit de l'Ukraine.
L'artiste va sortir un album "Odessa (Sylvie Vartan Chante pour l'Ukraine)". Les recettes seront redistribuées à l'Unicef au profit de l'Ukraine.
©Martin BUREAU / AFP

Solidarité avec Kiev

Sylvie Vartan publie un album de cinq titres en soutien à l'Ukraine

La chanteuse a décidé de réunir cinq de ses chansons dans un CD en soutien au peuple ukrainien. Sa famille avait fui la Bulgarie lors de l’occupation soviétique.

Sylvie Vartan a décidé de réunir cinq de ses chansons, dont une reprise du titre « Imagine » de John Lennon, dans un album spécial en soutien à l'Ukraine. Ce disque sortira le 27 mai en physique et sera disponible en téléchargement sur les plateformes dès le 13 mai.

L'intégralité des bénéfices de ce disque sera reversée à l'Unicef au profit de l'Ukraine.

Sylvie Vartan a publié un communiqué pour évoquer ce projet et cette décision :

« Quand j'ai vu les images de ce peuple ukrainien sous les bombes, en train de fuir, ce fut un choc. Inévitablement, cela a ranimé en moi beaucoup d'images et de sentiments intenses de mon enfance ».

Avec ses parents et son frère Eddie, Sylvie Vartan, âgée de 8 ans, avait fui la Bulgarie en 1952 lors de l’occupation soviétique.

Les titres de cet album évoquent l'exil et la liberté. En plus de « Imagine », l’album comprend les titres « La Maritza », « Nicolas », « Le Bleu de la Mer noire » et « Odessa », une chanson de 1998 réenregistrée spécialement le 12 avril à Paris.

Sylvie Vartan a fait part de son émotion face à cette situation, qui lui évoque des souvenirs marquants de son enfance :

« Ce peuple slave et voisin de la Bulgarie me parle. Nous avons le même ADN. Même si la situation était très différente car, nous, nous ne fuyions pas une guerre mais une dictature brutale, je comprends le ressenti du peuple ukrainien. C'est un étrange mélange de soulagement de fuir l'horreur, de peur de l'inconnu et de tristesse de laisser derrière soi son pays, sa famille, ses amis, sa maison sans certitude de retour ».

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !