Suisse : des chercheurs percent les derniers mystères du "cœur brisé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les patients touchés par syndrome du cœur brisé décèdent à cause de l'activation d'une souffrance sensorielle.
Les patients touchés par syndrome du cœur brisé décèdent à cause de l'activation d'une souffrance sensorielle.
©Reuters

À cœur ouvert

Suisse : des chercheurs percent les derniers mystères du "cœur brisé"

Une équipe de chercheurs de l’hôpital de Zurich a montré que le syndrome du cœur brisé pouvait conduire jusqu'à la mort en cas de trop forte émotion chez les femmes âgées.

Avoir le cœur brisé est une métaphore bien connue pour décrire la souffrance psychologique qui suit une séparation. Une équipe de cardiologues suisses a toutefois prouvé que le "cœur brisé" pouvait provoquer (en plus des symptomes psychologiques) une souffrance physique très intense. Près de 26 chercheurs de l'hôpital de Zurich ont participé à une enquête publiée le 3 septembre dans la revue New England Journal of Medecine.

Plus de 1750 patients ont été analysés afin de mieux connaître les diagnostics du syndrome. Le "cœur brisé"(cardiomyopathie) touche le plus souvent des femmes ménopausées de plus de 60 ans ressentant un stress émotionnel et physique. Le cœur brisé altère la fonction cardiaque par l'intermédiaire du cerveau et peut même provoquer un infarctus. Ce syndrome également appelé "takotsubo" a été découvert pour la première fois par une équipe de cardiologues japonais dans les années 1980. La maladie apparaît le plus souvent après une attaque ou hémorragie cérébrale.

La taux de décès liés au syndrome du cœur brisé s'élève à 3,7%, un chiffre presque aussi élevé que celui des crises cardiaques (5,3%). Les patients touchés par le syndrome du cœur brisé décèdent à cause de l'activation d'une souffrance sensorielle, et selon cette étude, une rupture amoureuse peut entrainer un rejet social pouvant altérer directement le cœur. 

Lu sur foxnews.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !