Soupe jetée sur les « Tournesols » de Van Gogh à Londres : les militantes écologistes sont poursuivies devant la justice britannique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Deux militantes de Just stop oil ont ciblé un tableau de Van Gogh à Londres à la National Gallery, le 14 octobre 2022.
Deux militantes de Just stop oil ont ciblé un tableau de Van Gogh à Londres à la National Gallery, le 14 octobre 2022.
©HANDOUT / AFP

Just stop oil

Soupe jetée sur les « Tournesols » de Van Gogh à Londres : les militantes écologistes sont poursuivies devant la justice britannique

Les activistes ont collé à la glue une main au mur après avoir jeté de la soupe à la tomate sur le tableau «Les Tournesols» de Vincent van Gogh, à la National Gallery, dans le centre de Londres, le 14 octobre 2022.

Deux jeunes femmes de 20 et 21 ans sont accusées de dégradations pour un montant inférieur à 5000 livres. Le tableau n'a pas été endommagé car il était protégé par une vitre. Trois militantes écologistes du mouvement Just Stop Oil, dont les deux qui avaient jeté vendredi 14 octobre de la soupe à la tomate sur la toile de Van Gogh les « Tournesols » à la National Gallery ont comparu samedi devant un tribunal londonien.

Anna Holland, une jeune femme de 20 ans originaire de Newcastle, et Phoebe Plummer, 21 ans, originaire du sud de Londres, sont accusées de dégradations. Elles ont plaidé non coupable.

Vendredi, lors d'une action spectaculaire, elles avaient jeté de la soupe à la tomate sur le célèbre tableau du peintre néerlandais, avant de se coller au mur. Seul le cadre avait été légèrement endommagé et la toile avait retrouvé rapidement sa place dans le musée.

Ce coup d'éclat fait partie d'une série d'actions lancée depuis début octobre par le mouvement Just Stop Oil qui réclame l'arrêt de l'exploitation des hydrocarbures au Royaume-Uni, que le gouvernement de Liz Truss a décidé d'accélérer en pleine crise énergétique.

Le juge les a remis en liberté à la condition qu'elles n'entrent dans aucun musée ou galerie, et n'utilisent plus de peinture ou de substance adhésive dans l'espace public.

Leur procès est fixé au 13 décembre. 

La troisième militante, Lora Johnson, 38 ans et originaire du Suffolk, est elle accusée d'avoir commis des dégradations en couvrant de peinture orage un panneau rotatif devant le siège de Scotland Yard vendredi à Londres. Elle a également plaidé non coupable, a été libérée et son procès est fixé au 23 novembre.

La ministre de l'Intérieur veut durcir la répression contre les mouvements de protestations comme Just Stop Oil, les accusant d'actes de « guérilla ». Plusieurs militants de Just Stop Oil ont déjà été condamnés à de la prison pour leurs actions de protestation.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !