Royaume-Uni : le prince Charles est « consterné » par l'expulsion de migrants vers le Rwanda | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le prince Charles juge « consternant » le projet du gouvernement britannique de renvoyer au Rwanda des migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni.
Le prince Charles juge « consternant » le projet du gouvernement britannique de renvoyer au Rwanda des migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni.
©HANNAH MCKAY / POOL / AFP

Politique de Boris Johnson

Royaume-Uni : le prince Charles est « consterné » par l'expulsion de migrants vers le Rwanda

Le prince Charles redoute notamment que cette décision nuise à sa participation à une réunion du Commonwealth qui se tiendra à partir du 20 juin au Rwanda, où il représentera la reine Elizabeth II.

Le prince Charles a jugé en privé « consternant » le projet du gouvernement britannique de renvoyer au Rwanda des migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni, selon des révélations ce samedi 11 juin du quotidien The Times et d'après des informations de France Info.

Une source a affirmé au journal avoir entendu plusieurs fois le fils de la reine Elizabeth II exprimer en privé son opposition à cette politique destinée à dissuader les traversées illégales de la Manche par des migrants.

Le prince Charles s'est dit particulièrement gêné par ce sujet car il redoute que cela n'éclipse une réunion du Commonwealth qui se tiendra à partir du 20 juin au Rwanda. Il y représentera Elizabeth II. Clarence House, qui gère la communication du prince Charles, n'a pas démenti ces propos et a insisté sur la neutralité politique de l'héritier du trône.

Un premier vol renvoyant au Rwanda une trentaine de demandeurs d'asile arrivés illégalement au Royaume-Uni est prévu mardi, après l'échec vendredi du recours en justice d'associations de défense des réfugiés.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, s'est félicité de cette décision de justice, assurant que cette stratégie contribuerait « à briser le modèle commercial de ces criminels impitoyables ».

Les plaignants, dont des associations, ont fait appel. Une nouvelle audition aura lieu lundi, à la veille des premiers départs prévus.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !