Renaud : "Le 21 mars, cela fera six mois que je n’ai pas bu une goutte" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Renaud : "Le 21 mars, cela fera six mois que je n’ai pas bu une goutte"
©

Retour gagnant

Renaud : "Le 21 mars, cela fera six mois que je n’ai pas bu une goutte"

Le chanteur, qui revient avec un nouvel album, a accordé une longue interview à Télérama.

Pendant des années, on l’avait presque enterré. Puis il est revenu pour rendre hommage à ses amis de Charlie Hebdo en janvier dernier, accompagné d’une nouvelle chanson qui résumait tout : ‘’Toujours debout.’’ Pour Télérama, le chanteur a accordé un long entretien pour raconter ses années de galère. ‘’Il y a encore un an, je ne pensais pas revenir’’ affirme-t-il, soulignant qu’une chanson écrite pour l’album de Grand Corps Malade lui avait redonné l’inspiration. ‘’Puis j’ai vu un addictologue pour l’alcool et je me suis arrêté tout seul, du jour au lendemain. Le 21 mars, cela fera exactement six mois que je n’ai pas bu une goutte. Même dans un Mon Chéri. Et je m’en porte à merveille.’’

L’interview est aussi l’occasion de raconter sa famille comme son discret frère jumeau David ou son autre frère Thierry, plus médiatique, avec qui il a ‘’des relations fluctuantes, qui peuvent être très tendues.’’ Son père, romancier, a lui travaillé pour Radio Paris pendant la guerre. ‘’Pour cela, il a été jugé à la Libération’’ raconte-t-il. ‘’Le tribunal, qui n’avait pas d’indulgence envers les collabos, l’a acquitté. Mais plusieurs fois, quand j’étais ado, on m’a traité de fils de collabo. C’est une blessure, évidemment.’’

L’occasion aussi de raconter ses rapports ambivalents avec les médias. ‘’ J’ai peur d’eux, je ne les aime pas trop – j’ai même eu des paparazzis sur le dos, ce qui est une honte – et à la fois, j’ai donné beaucoup d’interviews. Trop. Les médias ne m’ont pas épargné.’’ Enfin, il assure que les années de galère sont derrière lui. ‘’Mon retour actuel, après de nouvelles années de dépression, est assez semblable à celui de 2002. Sauf que cette fois, je ne repiquerai pas. Il y a eu Renaud le Renard, maintenant il y a Renaud le phénix. Le Renard est derrière moi, je ne veux plus jamais le revoir.’’

Lu sur Télérama

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !