Remaniement ministériel : le coup de gueule d'Edouard Baer contre le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"On n'en peut plus des coups 'malins'. Ce n'est pas ça dont on rêve", lance Edouard Baer.
"On n'en peut plus des coups 'malins'. Ce n'est pas ça dont on rêve", lance Edouard Baer.
©Reuters

Lassitude

Remaniement ministériel : le coup de gueule d'Edouard Baer contre le gouvernement

"C'était si important de libérer Fabius pour qu'il prenne à temps la tête du Conseil constitutionnel ? Si nécessaire de récupérer quelques figures écolos pour affermir la majorité ?", s'interroge l'acteur de 49 ans sur son compte Facebook.

Dans un message fleuve publié ce jeudi sur son compte Facebook, l'acteur français exprime sa lassitude de la classe politique une semaine après le remaniement ministériel. 

"C'est donc à ça qu'ils pensent en ce moment ? (…) C'est emmerdant les acteurs qui s'expriment sur l'actualité (...) Et d'abord d'où tu parles? Vu ce que tu dois gagner, qu'est-ce que tu connais de la vie ? Rien peut-être, très peu sûrement... Mais c'est étrange ce qui nous pousse à réagir dans la vie", écrit notamment Edouard Baer, qui se dit "trahi par des gens qui semblaient avoir compris que rien ne pouvait être comme avant".

"C'était si important de libérer Fabius pour qu'il prenne à temps la tête du Conseil constitutionnel ? Si nécessaire de récupérer quelques figures écolos pour affermir la majorité ? Si urgent de nommer l'éternel monsieur Baylet au gouvernement dans le même but ? Si malin de nommer une nouvelle ministre de la Culture pour exciter les médias et détourner leur attention ? Mais on n'en peut plus des coups 'malins'. Ce n'est pas ça dont on rêve", poursuit l'acteur dans ce message déjà relayé plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !