Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
©

Solidarité

Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega

L'attaquant franco-malien de Porto, Moussa Marega, a quitté le terrain, dimanche, après avoir été victime de cris racistes lors d'un match du Championnat du Portugal face au Vitória Guimarães.

Le racisme dans le foot frappe encore. Dimanche 16 février, l'attaquant du FC Porto Moussa Marega(28 ans) a décidé de quitter le terrain de Guimaraes, en réaction aux cris racistes des supporters du Vitoria Guimaraes à son encontre. Le joueur malien venait alors de marquer à l'heure de jeu.

Ses coéquipiers et son entraîneur Sergio Conceiçao, tentaient de le retenir mais Moussa Marega est tout de même sorti en demandant le changement. Aucun membre de son équipe n'a fait preuve de soutien envers l'attaquant de 28 ans.

L'attaquant malien a tenu à exprimer sa colère dans un poste Instagram. "Je voudrais juste dire à ces idiots qui viennent au stade pour faire des cris racistes... Allez vous faire foutre ! Et je remercie également les arbitres de ne pas m'avoir défendu et de m'avoir donné un carton jaune parce que je défends ma couleur de peau. J'espère ne plus jamais vous revoir sur un terrain de football ! Vous êtes une honte!!".

Ce dernier est rentré aux vestiaires en dirigeant des doigts d'honneur vers le public et a été pour cela sanctionné d'un carton jaune. Car peu avant l'incident, le joueur célébrait son but avec un siège noir qui lui avait été lancé depuis les gradins. C'est juste après cela que des cris de singe ont retenti dans le stade. Moussa Marega a finalement été remplacé par Wilson Manafa, et son équipe a battu le Vitoria Guimaraes 2 à 1.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !