Prince se rétracte après avoir porté plainte contre ses fans Facebook | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Prince a retiré sa plainte contre ses fans
Prince a retiré sa plainte contre ses fans
©Reuters

Versatile

Prince se rétracte après avoir porté plainte contre ses fans Facebook

La star de la pop voulait poursuivre des internautes qui avaient posté des liens vers ses concerts sans autorisation.

Prince aurait retiré sa plainte contre ses fans, selon le site américain TMZ. Moins de deux semaines après l’avoir déposée, la star de la pop se serait rétractée en constatant la fuite de l'information dans les médias. Prince entendait poursuivre 22 de ses fans Facebook après que ces derniers aient posté des liens sur sa musique sans autorisation. Il leur réclamait 1 million de dollars chacun. Soit 22 millions de dollars en tout.

La plainte concernait  plusieurs concerts que Prince avait donnés ces dernières années aux Etats-Unis ainsi qu’un show qui remontait à 1983. "Visiblement, même la circulation d'un concert vieux de 31 ans porte atteinte aux capacités de revenus de Prince",se moquait TorrentFreak, site spécialisé dans les questions de propriété intellectuelle sur Internet. Le site ajoutait que "Prince adore porter plainte pour violation du droit d'auteur". En 2007, la star reprochait "à Youtube d'héberger des clips vidéos de ses morceaux, à The Pirate Bay de proposer en téléchargement ses œuvres et à Ebay de vendre des produits contrefaits", écrivait alors Libération.

Mais selon Torrent Freak, ces plaintes régulières arrivent rarement au résultat escompté. Le procès contre The Pirate Bay n’avait, par exemple, abouti à rien. Et le site Digital Trends d’espérer que le dénouement de la dernière affaire fasse évoluer Prince qui continue à "comprendre l'Internet comme si on était en 1999". 

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !