Pour le "Ramadan hijab challenge", des non-musulmanes portent le voile par solidarité avec les femmes voilées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Pour le "Ramadan hijab challenge", des non-musulmanes portent le voile par solidarité avec les femmes voilées
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Quelle idée

Pour le "Ramadan hijab challenge", des non-musulmanes portent le voile par solidarité avec les femmes voilées

En plus de la solidarité, ça permet aussi de faire du prosélytisme (mais les organisateurs sont plus discrets là-dessus).

L'ONG World Hijab Day vient de lancer le "Ramadan hijab challenge", qui incite les non-musulmanes à porter le voile pendant le mois du Ramadan, officiellement en solidarité avec les musulmanes victimes de discrimination.

"Le but affiché est de rassembler les communautés et de lutter contre les stéréotypes", écrit le site Slate, qui a repéré l'évènement. Nazma Khan, présidente et fondatrice de l'organisation, précise d'ailleurs à Al Jazeera que "cet événement est pour celles qui veulent expérimenter le port du voile plus d'une journée afin de tenter de comprendre ce que les femmes musulmanes vivent tous les jours".

Et Slate de nous narrer l'histoire de Grace, jeune chrétienne de 11 ans, qui participe au challenge. Sans surprise, ça a été bien accueilli par ses camarades de classe, puisqu'elle vit au Qatar.

Le site internet de l'organisation cite, lui, vingt raisons pour lesquelles il faudrait participer à ce challenge. Outre la solidarité, on peut lire que cela "augmente la connaissance autour du hijab" ou "encourage les femmes musulmanes à tester le hijab", mais aussi que "plus il y aura de participants, plus le hijab sera vu, ce qui augmentera la tolérance" ou que "pour certaines, être couvertes augmente le respect qu'elles sont d'elle-même".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !