Paris : les Parisiens ne veulent plus des cadenas de l'amour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Cadenas de l'amour
Cadenas de l'amour
©Reuters

Paris je t'aime

Paris : les Parisiens ne veulent plus des cadenas de l'amour

Les touristes adorent se rappeler leurs bons sentiments en accrochant un cadenas, mais deux New-Yorkaises s'agacent.

L'image est devenue tellement cliché pour les Parisiens. Deux amoureux se retrouvent sur le Pont des Arts, en face du Louvre, pour accrocher un cadenas scellant ainsi leur amour à vie. Ils auront pris le soin d'écrire leur nom et la date sur l'objet pour se donner une chance de le retrouver quelques années plus tard quand ils reviendront. L'image est belle, mais agace certains.

Oui, car ce n'est plus simplement un pont qui concentre les attentions du coeur, mais deux, voire trois et parfois même d'autres endroits. Paris prend des allures de collectionneuse géante de cadenas. On en dénombre plus de 700 000 dans toute la capitale. Et si certains Parisiens serrent les dents pour ne pas dire tout haut ce qu'ils pensent, l'exaspération pointe parfois le bout de son nez. Pourquoi ? Parce qu'ils ne veulent pas que leur ville et leurs monuments soient détériorés. Un avis que partagent deux New-Yorkaises. "En 2010, on ne comptait seulement que quelques cadenas sur le Pont des Arts. Aujourd’hui, le moindre centimètre carré de rambardes est recouvert", expliquent Lisa Anselmo et Lisa Taylor-Huff. "Cela en devient extrêmement moche", assènent-elles. La raison ? La rouille. "Il faut moins d’un an pour que ces cadenas rouillent, note Lisa Taylor-Huff. Cette rouille se propage ensuite au pont lui-même", râlent les deux jeunes femmes en coeur. Pour signifier leur mécontentement, les deux "Lisa" ont écrit une lettre à NKM et Anne Hidalgo !

Lu sur 20minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !