Opéra de Nice : des musiciens russes et ukrainiens ont participé ensemble à un concert pour la paix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Un concert pour la paix et pour venir en aide aux enfants ukrainiens était organisé à l'opéra de Nice.
Un concert pour la paix et pour venir en aide aux enfants ukrainiens était organisé à l'opéra de Nice.
©PASCAL GUYOT / AFP

Solidarité

Opéra de Nice : des musiciens russes et ukrainiens ont participé ensemble à un concert pour la paix

Les recettes de cette soirée seront reversées au profit d'une association qui vient en aide aux enfants ukrainiens bloqués sur une zone de guerre.

Un spectacle pour la paix a été proposé à l'Opéra de Nice ce mardi 22 mars. Selon des informations de France Info, des musiciens russes et ukrainiens étaient réunis sur une même scène lors d'un concert. Toutes les recettes de cette soirée sont reversées au profit d'une association qui vient en aide aux enfants ukrainiens bloqués sur une zone de guerre.

Des artistes français, russes et ukrainiens ont joué pour célébrer la paix. 

L'orchestre de l'opéra de Nice avait déjà affiché sa solidarité en interprétant, le 9 mars dernier, l'hymne ukrainien en ouverture de la soirée des Victoires de la musique. 

Le pianiste Nicolas Bringuier et sa compagne Olga Monakh, d'origine ukrainienne, étaient entourés d’artistes engagés. 

Ils ont interprété des œuvres de Brahms, Dvorak, Fauré, Rachmaninov, Tchaïkovski et Skoryk, un compositeur ukrainien contemporain. 

Ce concert, organisé en partenariat avec la ville de Nice, était placé sous le signe de la solidarité. 

Toutes les recettes seront reversées à une association qui vient en aide aux enfants ukrainiens prisonniers des zones de guerre.

Un autre concert mêlant opéra et comédie musicale est prévu le lundi 28 mars.

France Info - France 3 Régions

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !