Messi condamné pour fraude fiscale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Messi condamné pour fraude fiscale
©Reuters

Attrapé

Messi condamné pour fraude fiscale

La justice espagnole a confirmé la condamnation à 21 mois de prison du footballeur argentin du FC Barcelone.

En juillet 2016, le tribunal de Barcelone a condamné Lionel Messi et son père, Jorge, à 21 mois de prison pour avoir fraudé le fisc à hauteur de 4,16 millions. La justice a démontré que les deux hommes avaient monté un réseau de sociétés-écran au Royaume-Uni, en Suisse, au Belize et en Uruguay pour percevoir les droits à l'image du footballeur sans les déclarer au fisc. En effet, entre 2007 et 2009, Messi avait signé des contrats avec Adidas, Pepsi ou Danone, mais jamais à titre personnel, utilisant à la place des sociétés-écran.

Ce mercredi 24 mai, la Cour suprême espagnole a annoncé avoir rejeté le recours déposé par le footballeur argentin du FC Barcelone et a maintenu sa condamnation. La Cour suprême a également confirmé l'amende de 2,1 millions d'euros. Elle a en revanche revu à la baisse la peine de prison de son père, à 15 mois de prison contre 21 initialement, et son amende à 1,3 million d'euros contre 1,6 millions, estimant que le remboursement rapide par son fils de la somme due au fisc espagnol constituait une circonstance atténuante.

Lors du procès, Messi a déclaré qu'il ignorerait des contrats signés et ce comment sa fortune était gérée. "Il n'est pas logique que celui qui gagne des revenus importants ignore qu'il doit payer des impôts dessus", lui a répondu le tribunal. A 29 ans, Messi, quintuple Ballon d'Or, est l'un des sportifs les mieux payés au monde, selon la revue Forbes. Toutefois, dépourvus de casier, les deux hommes n'effectueront pas la peine de prison car, généralement, en Espagne, les condamnations inférieures à deux ans ne sont pas exécutées.  

 

Lu sur L'Equipe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !