Marseille : un singe sème la panique avant d'être capturé au taser par la police | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Marseille : la police neutralise un petit singe qui terrorisait les habitants de la ville.
Marseille : la police neutralise un petit singe qui terrorisait les habitants de la ville.
©Reuters

Arrestation

Marseille : un singe sème la panique avant d'être capturé au taser par la police

L'animal errait dans la cité phocéenne et se nourrissait principalement de Kinder que lui donnaient des habitants.

Les habitants de Marseille doivent soupirer de soulagement. Après avoir terrorisé la population de la cité phocéenne pendant plusieurs jours, un singe magot de 80 cm a finalement été neutralisé par la police mardi 16 décembre.

Visiblement abandonné, l'animal errait dans la ville et se nourrissait principalement de Kinder que lui donnaient des jeunes, rapporte La Provence. La malnutrition serait peut-être à l'origine de son agressivité puisqu'il a notamment griffé des élèves dans une école élémentaire avant de poursuivre des ados du collège Henri-Barnier la semaine dernière.

Mardi, la police a enfin réussi à lui mettre la main dessus. Encerclé par la police, le magot a tenté de se défendre et a mordu un policier à la main. Les forces de l'ordre l'ont alors "calmé" au taser pour le capturer. Ses jours ne sont toutefois pas en danger.

Malgré tout, l'affaire est loin d'être finie."Le problème c'est qu'une rumeur dit qu'il y en aurait plusieurs dans la Castellane", a raconté un policier à La Provence. "On a, à un moment donné, cru avoir localisé le propriétaire de celui-ci, on l'avait identifié parce qu'il posait sur son profil Facebook avec un singe similaire sur l'épaule, mais la perquisition n'a pas pu confirmer nos doutes". L'enquête continue...

Lu sur Metro News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !