Les pannes de cloud (informatique en ligne) peuvent coûter 1 à 5 millions de dollars l'heure aux multinationales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Amazon Web Services
Amazon Web Services
©Amazon Web Services

High-Tech

Les pannes de cloud (informatique en ligne) peuvent coûter 1 à 5 millions de dollars l'heure aux multinationales

L'impact de ces indisponibilités peut être mondial

Les gigantesques centres de données des plateformes de cloud computing ont subi en 2021 une série de pannes inédites qui font douter de leur fiabilité même chez les plus grands acteurs du secteur, remarquent Les Echos.

"Pour la troisième fois rien qu'au mois de décembre, Amazon Web Services (AWS), la filiale spécialisée du champion de l'e-commerce, a reconnu une indisponibilité de ses technologies pour les clients de ses centres de données de la côte est américaine dans la matinée du 22 décembre. Parmi eux, la messagerie Slack, la plateforme de cryptomonnaie Coinbase ou encore le service de streaming vidéo Hulu ont subi des ralentissements."

Le 7 décembre dernier, Netflix, Disney +, le « Wall Street Journal » et même les services maison d'Amazon (comme Prime Video) avaient aussi été bloqués pendant plusieurs heures en raison d'un bug sur AWS, le numéro un mondial du secteur.

Microsoft Azure a lui aussi subi une panne mondiale en octobre dernier quand un dysfonctionnement de Google Cloud a mis sur le carreau Snapchat, Spotify et Pokémon Go mi-novembre. Sans même parler de l'incendie qui a ravagé des serveurs du français OVHcloud, un des leaders européens du secteur, en début d'année.

Pour un tiers des multinationales le coût d'une heure de panne est compris entre un et cinq millions de dollars ajoutent les Echos citant des chiffres du cabinet Gartner et de la société Avaya.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !