Les espions anglais qui ont collecté des images du chat vidéo Yahoo! choqués par le nombre de gens nus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les espions anglais qui ont collecté des images du chat vidéo Yahoo! choqués par le nombre de gens nus
©

Petits coquins

Les espions anglais qui ont collecté des images du chat vidéo Yahoo! choqués par le nombre de gens nus

Les images à caractères sexuels représentaient entre 3 et 11% de celles récoltées dans le cadre de leur programme de surveillance Optic Nerve.

"Malheureusement il est apparu qu’énormément de personnes conversant par webcam montraient leurs parties intimes à leur interlocuteur". Dans un article paru ce jeudi, The Guardian raconte le choc des espions anglais quand ces derniers ont réalisé le nombre d’images caractères sexuels qui circulaient sur le chat vidéo de Yahoo ! Ces dernières représentaient entre 3 et 11% des images récoltées dans le cadre du programme de surveillance Optic Nerve.

La gestion de ces images tendancieuses a été un vrai casse-tête pour le Government Communications Headquarters (GCHQ), qui a essayé d’affiner ses critères pour ne pas retenir les images inutiles. Mais ses détecteurs mesurant la quantité de chair exposée n’arrivaient pas à différencier un plan contenant un visage filmé en gros plan et un corps nu, et qualifiaient donc régulièrement de pornographique des images qui ne l’étaient pas...

Selon les dernières révélations d’Edward Snowden, ancien consultant à la NSA, pendant des années, les services de renseignement électronique britanniques ont intercepté les images de millions d’utilisateurs Yahoo! dans le monde, via des webcams intégrés aux ordinateurs. En 2008, en l’espace de six mois, Optic Nerve a volé des images à plus de 1,8 million de personnes. Le but affiché étant de surveiller de potentiel terroristes. 

Lu sur The Wire

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !