Le "girls band", la nouvelle arme de propagande nord-coréenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le "girls band", la nouvelle arme de propagande nord-coréenne
©

K-pop

Le "girls band", la nouvelle arme de propagande nord-coréenne

Le régime de Pyongyang a formé un groupe de musique uniquement composé de femmes pour remonter le moral des troupes.

La popularité de la K-pop (musique pop sud-coréenne) dans le monde a donné des idées à la Corée du Nord. Pyongyang a récemment formé un "girls band" pour exercer sa propagande sur les troupes du régime.

Surnommées "Les Déesses", ces pop stars nord-coréennes restent bien éloignées de leurs voisines du sud. Uniforme de rigueur et sourire forcé, elles forment officiellement une "troupe" alors que les idoles de la K-pop restent bien évidemment des "groupes".

La "troupe des déesses de l'Armée du peuple" est d'ailleurs scindée en deux groupes : la troupe "régulière" et la troupe "spéciale". La première reste bien au chaud, à l'intérieur du pays, et a pour but de motiver les troupes. Selon le site coréen Chosun Ibo, ces dernières "s'habillent uniquement en uniforme, ne portent pas de maquillage et ne font rien qui puisse 'titiller' quiconque.La troupe "spéciale" n’effectue ses missions qu'à l'étranger. Elle se compose uniquement de "reines de beauté" et arborent des "costumes colorés et des masques élaborés". Ces "déesses" viennent principalement de classes privilégiées du régime.

Si les deux "girls band" semblent bien rodés, il n'est pas dit que les déesses nord-coréennes arrivent à concurrencer les stars sud-coréennes. La K-pop reste un véritable phénomène musical dans le monde entier. Si l'on en croit la Korea Creative Content Agency, les artistes de la K-pop auraient amassé plus de 3,8 milliards de dollars cette année. Une augmentation de 14% par rapport à 2011.

(KoreaBang/Screengrab)

Lu sur Globalpost

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !