La vie d'Adèle : le film "a été sali et ne devrait pas sortir", selon Kechiche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche et Adèle Exarchopoulos, à Cannes en mai dernier.
Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche et Adèle Exarchopoulos, à Cannes en mai dernier.
©Reuters

L'avis d'Abdel

La vie d'Adèle : le film "a été sali et ne devrait pas sortir", selon Kechiche

Dans un entretien à Télérama, le réalisateur du film primé à Cannes se dit "humilié" par les critiques proférées par ses actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos.

"Selon moi, ce film ne devrait pas sortir, il a été trop sali. La Palme d'or n'a été qu'un bref instant de bonheur ; ensuite, je me suis senti humilié, déshonoré." Voilà ce que dit Abdellatif Kechiche à propos de son film La vie d'Adèle. Le réalisateur a accordé un long entretien à Télérama où il revient sur les semaines de propos parfois violents échangés par médias interposés entre lui et ses actrices, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos.

"Moi, je n'irais pas voir le film du cinéaste sadique et tyrannique dont on fait le portrait aujourd'hui", ajoute-t-il. Léa Seydoux "ne mesure pas les conséquences désastreuses de ses propos", elle vole "la vedette au film, ainsi qu'à Adèle Exarchopoulos". "Elle a insisté pour venir. Et ensuite pour rester, parce que j'avais des doutes sur notre réussite." "Je lui ai proposé plusieurs fois d'en rester là, dont une après vingt jours de tournage", explique-t-il.

Interrogée par le Daily Beast début septembre, Léa Seydoux avait décrit un tournage "horrible". "Kechiche est un génie, mais il est torturé", avait renchéri Adèle Exarchopoulos. Interrogée sur son désir de retravailler avec le réalisateur, Léa Seydoux avait répondu catégorique : "Jamais."

Lu sur Télérama

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !