La Suède veut comprendre pourquoi ses citoyens ne s'envoient plus en l'air | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Suède veut comprendre pourquoi ses citoyens ne s'envoient plus en l'air
©AFP

7e ciel

La Suède veut comprendre pourquoi ses citoyens ne s'envoient plus en l'air

Le ministère de la Santé va lancer une grande enquête sur les pratiques sexuelles des citoyens scandinaves.

L'Etat suédois s'inquiète de la vie sexuelle de ses administrés. Le ministère de la Santé a pris très au sérieux des sondages publiés dans des journaux nationaux la semaine dernière, avançant que les Suédois avaient moins de relations sexuelles que par le passé, selon la BBC.

Le ministre de la Santé, Gabriel Wikström, a donc annoncé que ses fonctionnaires allaient enquêter sur la question en lançant une étude sur les pratiques sexuelles des citoyens scandinaves. Le but est de découvrir si les Suédois font effectivement moins l'amour, et le cas échéant, pourquoi. Le stress de la vie courante est une des raisons avancées. Le ministre a également déclaré que les politiques de santé sexuelle devraient être mises en place aussi bien en fonction des problèmes que des aspects plaisants du sexe.

"Il est paradoxal, alors que notre société en entier semble envahie par le sexe, présent partout, de la publicité aux médias sociaux et dans la vie quotidienne, que le sujet demeure voilé de honte... et absent du débat public", a souligné Wikström. Comment pouvons-nous changer les attitudes, alors que des parents, les professeurs et les responsables sont visiblement gênés à l'idée d'évoquer la chose ?"

Le rapport du gouvernement sera le premier en 20 ans qui portera sur la vie sexuelle des Suédois. Il devrait être produit d'ici trois ans, soit en juin 2019.

Lu sur la BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !