La Joconde de Vinci : sa controversée sœur aînée exposée en Suisse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Son authenticité divise le monde de l'art
Son authenticité divise le monde de l'art
©REUTERS/Denis Balibouse

Toile

La Joconde de Vinci : sa controversée sœur aînée exposée en Suisse

Pour certains experts, ce tableau, peint dix ans avant celui du Louvre, présente trop de différences avec les œuvres du Maître.

La Joconde déchaîne les passions et revient régulièrement sur le devant de la scène. Cette fois, une fondation basée à Zurich affirme avoir trouvé sa sœur aînée. La Mona Lisa Foundation présentait ce jeudi une version plus jeune d'une décennie que la Joconde exposée au Louvre. Le tableau présente la même femme mais avec dix ans de moins. Son authenticité est toutefois mise en doute.

Intitulé Isleworth Mona Lisa, cette œuvre a été achetée en 1962 par Henry Pulitzer, un collectionneur d'art. Celui-ci l'a conservé 40 ans dans un coffre-fort en Suisse. Après son décès, et celui de sa femme, à qui il l'avait légué, la Mona Lisa Foundation acquiert le tableau en 2003.

Pour ce qui est de la paternité de Léonard de Vinci, le monde de l'art est partagé. Des experts du Maître y voient des différences trop marquantes avec la Joconde du Louvre. Le tableau Isleworth, est plus grand, a été peint sur toile et ses couleurs sont plus vives que la Joconde de Paris, peinte quant à elle sur du bois. Bien que la posture et les vêtements de la femme soient similaires, le paysage de l'arrière-plan ne l'est pas.

Martin Kemp, professeur à l'université d'Oxford et spécialiste du peintre, émet des doutes. Il fait remarquer que les images de la toile produites par infrarouge et par rayons X "ne comportaient pas toutes les caractéristiques des tableaux identifiés de Leonardo". Il remet aussi en doute la date de la réalisation du tableau

A l'inverse, Joe Mullins, expert de la CIA consulté par la fondation affirme que pour lui, " il s'agit de la même personne, j'ai digitalisé la Mona Lisa du Louvre, puis j'ai transformé le portrait en une photo". Ensuite, la photo a été rajeunie de 12 ans grâce à un procédé de "chirurgie esthétique digitale". Au final, "tout correspond parfaitement, je suis persuadé qu'il s'agit de la même personne à deux moments de sa vie".

Ci-dessous, une vidéo expliquant la découverte :

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !