L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans
©FREDERICK FLORIN / AFP

Disparition

L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans

Nicolas Bedos, le fils de l’artiste, a annoncé cette triste nouvelle sur les réseaux sociaux. Guy Bedos est décédé à l’âge de 85 ans.

Nicolas Bedos a annoncé (sur les réseaux sociaux) la mort de son père, l'humoriste et comédien Guy Bedos, à l'âge de 85 ans : 

 "Il était beau, il était drôle, il était libre et courageux. Comme je suis fier de t'avoir eu pour père. Embrasse Desproges et Dabadie. Vu que vous êtes tous au paradis". 

Guy Bedos est né en 1934 à Alger. Guy Bedos avait fait ses débuts au théâtre par hasard. Selon des informations de L'Obs, un médecin lui aurait en effet conseillé cette activité et cet art alors qu'il déprimait. Ce fut une révélation pour lui. Guy Bedos avait ensuite tenté d'entrer au Conservatoire d'art dramatique. 

Guy Bedos a commencé sa carrière par un duo inoubliable avec son épouse à l'époque, Sophie Daumier, en 1963. Leurs sketches emblématiques comme "La Drague" ou "Les vacances à Marrakech" ont marqué des générations entières. La consécration est venue pour Guy Bedos en 1968 : il est cette fois seul sur scène à Bobino. De cette époque, date son amitié avec le parolier et scénariste Jean-Loup Dabadie, décédé dimanche, qui a notamment écrit pour lui le célèbre sketch "Bonne fête Paulette".

L’humoriste Guy Bedos a également eu une grande carrière au cinéma. 

Avec l’arrivée de la gauche au pouvoir dans les années 1980, Guy Bedos a commencé à affirmer ses engagements politiques sur scène ou lors d’entretiens sur les plateaux de télévision. Il avait notamment instauré le concept de la "revue de presse" dans ses spectacles. 

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !