Kim Kardashian fait son retour et témoigne : à Paris, "ils allaient me tirer dans le dos" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Kim Kardashian fait son retour et témoigne : à Paris, "ils allaient me tirer dans le dos"
©Reuters

God save the Kim

Kim Kardashian fait son retour et témoigne : à Paris, "ils allaient me tirer dans le dos"

La star, discrète depuis sa violente agression à Paris en octobre, s'exprime désormais sur cette expérience.

Fin de la diète médiatique pour Kim Kardashian. La star de télé-réalité, qui a recommencé à publier des clichés sur Instagram mardi soir, brise finalement le silence sur le braquage dont elle a été victime à Paris en octobre dernier. Dans un palace du 8e arrondissement de Paris, elle avait été braquée, ligotée, bâillonnée et dépouillée de ses bijoux, pour un montant évalué à 9 millions d'euros. 

Dans un teaser pour la prochaine saison de son émission de télé-réalité, Keeping Up With the Kardashians, qui reprendra en mars sur le chaîne E!, la mère de famille de 36 ans revient sur cette expérience pour la première fois. En larmes, devant ses soeurs Kourtney et Khloé, elle raconte : "Ils allaient me tirer dans le dos, il n'y avait pas moyen de sortir. Je suis tellement bouleversée, rien qu'à l'idée d'y penser".

Cette fin d'année 2016 a été éprouvante pour Kim Kardashian, dont le mari Kanye West a été hospitalisé peu après, en novembre. Un épisode que l'on voit aussi dans le teaser de son émission : "Ne me fais pas peur, s'il te plait. Que se passe-t-il?", dit-elle au cours d'une conversation téléphonique. "je crois qu'il a vraiment besoin de moi, je dois rentrer à la maison", poursuit-elle.

A Paris, l'exploitation des caméras de vidéo-surveillance indiquait que les malfaiteurs sont arrivés et repartis à vélo. Ils n'ont toujours pas été identifiés.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !