Quand la science se penche sur les conséquences de l'ingestion de vers et lézards vivants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Quand la science se penche sur les conséquences de l'ingestion de vers et lézards vivants
©

Miam

Quand la science se penche sur les conséquences de l'ingestion de vers et lézards vivants

Les scientifiques de l'université de Sun Yatsen en Chine ont étudié le cas d'un jeune chinois de 21 ans qui souffrait notamment de fatigue chronique et de mutisme depuis un an. Il avait ingéré des vers et petits reptiles vivants sur les conseils d'une sorcière.

Un bon conseil, évitez de manger des verres de terre. Un cas médical décrit en effet à quel point ils peuvent être dangereux pour la santé.

Les petites bêtes, une fois entrées dans l’organisme, se déplacent en effet sans grandir dans tout le corps, à travers les organes comme le foie, les poumons, le cerveau, et même les yeux, entraînant par la même occasion de graves troubles et des inflammations.

Un jeune homme de 21 ans en a fait l’expérience. Souffrant de dépression, et les médicaments n’ayant pas l’effet escompté, le vingtenaire a eu la bonne idée d’aller voir une sorcière qui lui a alors prescrit un traitement d’enfer : manger des verres de terre et des geckos vivant pendant dix jours !

Mauvaise idée ! Le jeune homme s’est retrouvé infesté de parasites provenant du sol dans lesquels les vers passent leurs journées.

Le malade n’arrivait alors plus à parler, était encore plus déprimé, et présentait des lésions au foie…

Les médecins ont eu du mal à trouver ce dont il souffrait, les coelomés étant difficilement remarquables.

Le jeune homme a finalement été soigné avec des médicaments anti-parasites, et le tout lui sert de bonne leçon. Si tu es déprimé, ne va pas voir de sorcières !

Lu sur Improbable.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !