ISEE3 : la sonde spatiale abandonnée revient à la vie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Lancée en 1978, la sonde International Sun/Earth Explorer-3 first a servi pendant trois ans à la NASA d'observatoire solaire
Lancée en 1978, la sonde International Sun/Earth Explorer-3 first a servi pendant trois ans à la NASA d'observatoire solaire
©Reuters

Le come back

ISEE3 : la sonde spatiale abandonnée revient à la vie

Le groupe de scientifiques amateurs qui travaille à récupérer la sonde lancée par la NASA en 1978 a enfin réussi à contrôler la rotation de l'engin.

La tentative pour diriger ISEE-3, une sonde spatiale de la NASA abandonnée il y a près de quinze ans, a peut-être réussi. La semaine dernière, le groupe de scientifiques amateurs et d'ingénieurs qui travaille à récupérer la sonde a réussi à approcher l'engin en contrôlant ses propulseurs de rotation. Désormais, l'équipe peut donc ajuster la rotation de ISEE-3. Elle peut également commencer à déclencher ses propulseurs et changer la trajectoire du vaisseau, l'empêchant ainsi de s'écraser sur la lune.

Lancée en 1978, la sonde International Sun/Earth Explorer-3 first a servi pendant trois ans à la NASA d'observatoire solaire, se positionnant à un point d'orbite stable entre la Terre et le Soleil. En 1984, elle a été le premier engin fabriqué par l’humanité à pénétrer dans la queue d’une comète, Giacobini-Zinner. Après avoir collecté des données à son sujet en s’approchant à seulement 7 800 kilomètres de son noyau, ISEE-3 a fait partie des nombreuses sondes qui sont parties à la rencontre de la comète de Halley lorsqu’elle s’est approchée au plus près du Soleil, en 1986.

Puis, en 1997, les scientifiques ont décidé qu'ils n'avaient plus besoin d'ISEE-3 et l'ont abandonnée. Le 10 août 2014, la sonde devrait passer juste au-dessus de la lune et le groupe d'amateurs dirigé par le journaliste Keith Crowing et l'ingénieur de l'espace Dennis Wingo tenteront de piloter l'engin au mieux.  

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !