Il vend sa commode sur Le Bon Coin et oublie 180 000 euros dans un tiroir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Il vend sa commode sur Le Bon Coin et oublie 180 000 euros dans un tiroir
©DAMIEN MEYER / AFP

Champion du jour

Il vend sa commode sur Le Bon Coin et oublie 180 000 euros dans un tiroir

Un oubli qui coûtera cher au sexagénaire cannais à qui la mésaventure est arrivée.

Alors qu'il était en plein déménagement, un Cannois d'une soixantaine d'années a décidé de mettre en vente son mobilier sur le site internet Le Bon Coin. Une bonne idée à première vue qui permet de se débarrasser du mobilier encombrant et de gagner un peu d'argent. Ni une ni deux, l'homme met en vente une machine à laver et une commode au prix de 100 euros pour les deux. Vite, il trouve un acheteur et deux personnes viennent à son domicile embarquer les deux objets comme le rapporte le quotidien local Nice-Matin qui relate l'histoire.

Mais dans l'ascenseur de la résidence, un tiroir de la commode s'ouvre et laisse tomber une mallette en fer. Quelle ne fut pas la surprise de l'acquéreur de découvrir plusieurs liasses de billets pour un montant total de 180 000 euros.

Face au pactole, le "déménageur" décide bien malhonnêtement de faire un détour pour planquer le butin dans son véhicule. Comble de l'histoire, la commode ne rentrant pas dans le fourgon, les deux hommes décidèrent de ne pas l'embarquer contre dix euros de dédommagement supplémentaires et la laissèrent sur le bitume avant de disparaître dans la nature.

Ce n'est qu'une fois partis que le sexagénaire se rend compte de son malheureux oubli et décide de prévenir la police qui épluchera les images des caméras de vidéosurveillance pour reconstituer l'affaire.

Les deux hommes seront interpelés ce mercredi à leurs domiciles et 138 000 euros seront retrouvés. Le reste ayant déjà été dépensés comme l'explique le quotidien local. A l'issue de leur garde à vue, un homme est poursuivi pour vol et l'autre pour recel

Lu sur Nice-Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !