Il a fait 1200 km à vélo pour donner sa lettre de motivation à la FIFA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Il a fait 1200 km à vélo pour donner sa lettre de motivation à la FIFA
©London Media

Marquer le coup

Il a fait 1200 km à vélo pour donner sa lettre de motivation à la FIFA

Ce Toulousain a voulu faire sortir sa candidature du lot en remettant lui-même son CV à des institutions sportives suisses.

Jerónimo Del Sur, Toulousain de 33 ans originaire du Chili, a décidé de se démarquer en portant en main propre ses lettres de motivation en Suisse, à la FIFA (Zurich), au Comité Olympique (Lausanne) et à l'UEFA (Nyon).

En effet, il est parti de chez lui, Toulouse, à vélo et a parcouru plus de 1200 km pour arriver aux sièges des trois institutions sportives. "Lettre de motivation à travers les Alpes", c'est le nom qu'il a donné à son voyage en vélo, qu'il raconte dans son blog. Il a préparé son voyage de 25 jours pendant deux mois. 

"J'ai déjà essayé de poster des candidatures sur internet, mais sans résultat. Je voulais gagner l'attention des personnes qui sélectionnent les candidats et avoir l'opportunité de parler avec un être humain ! Le système pour postuler sur internet est très impersonnel. Je voulais aussi donner de la crédibilité à ma parole : c'est très facile d'écrire dans une lettre qu'on est motivé et persévérant.", a expliqué le jeune homme à La Dépêche.

Mission accomplie

Ayant déjà travaillé avec l'UEFA à Toulouse pendant l'Euro, il a pu retrouver des connaissances, qui lui ont présenté les personnes des ressources humaines. "Je leur ai parlé trois minutes et je leur ai laissé ma carte de visite. Au Comité Olympique, je n'ai pu parler à personne mais j'ai donné ma lettre à la secrétaire et on m'a envoyé un mail quelques jours plus tard pour m'inviter à une réunion à Lausanne en octobre.", explique Jerónimo Del Sur. Une personne de la FIFA l'a contacté par la suite.  Intéressé par son histoire, elle lui a demandé son CV.

"Peut-être que ça ne m'ouvrira pas de portes immédiatement, mais avec la persévérance, tout est possible.", conclu Jerónimo Del Sur. 

 

Lu sur La Dépêche

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !