Famille royale britannique : Le prince Andrew, accusé d'agressions sexuelles dans l’affaire Jeffrey Epstein, renonce à ses titres militaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Accusé d'agressions sexuelles, le prince Andrew a décidé de renoncer à ses titres militaires.
Accusé d'agressions sexuelles, le prince Andrew a décidé de renoncer à ses titres militaires.
©CHRIS JACKSON / POOL / AFP

Soupçons

Famille royale britannique : Le prince Andrew, accusé d'agressions sexuelles dans l’affaire Jeffrey Epstein, renonce à ses titres militaires

Le prince Andrew a décidé de renoncer à ses titres militaires. Cette annonce intervient au lendemain du refus de la justice américaine de classer la plainte au civil qui accuse le prince Andrew d'agressions sexuelles en marge de l'affaire Jeffrey Epstein.

Le prince Andrew a renoncé à ses titres militaires et parrainages d'associations, a annoncé ce jeudi 13 janvier le palais de Buckingham, au lendemain du refus de la justice américaine de classer la plainte au civil qui accuse le prince d'agressions sexuelles dans le cadre de l’affaire Jeffrey Epstein.

« Avec l'accord et l'approbation de la reine, les affiliations militaires et parrainages royaux du duc d'York ont été rendus à la reine. Le Duc d'York continuera à ne pas assumer de fonctions publiques et se défend dans cette affaire comme citoyen privé », a indiqué le palais de Buckingham dans un communiqué.

La justice américaine a validé le mercredi 12 janvier 2022 la plainte d’une femme américaine contre le fils d’Elizabeth II pour agressions sexuelles en 2001 quand elle avait 17 ans.

Le prince Andrew est critiqué depuis des années pour ses liens avec Jeffrey Epstein, mort en prison en 2019, et son ancienne compagne Ghislaine Maxwell.

La défense soutenait le rejet de cette plainte au motif que Virginia Giuffre avait signé en 2009 un accord avec Jeffrey Epstein ainsi que « d'autres accusés potentiels ». Un argumentaire refusé par le juge, dans sa décision datée du mardi mais rendu publique mercredi.

Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !