Etats-Unis : divorcer par Facebook est désormais possible | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Aux Etats-Unis, il est désormais possible de divorcer par Facebook.
Aux Etats-Unis, il est désormais possible de divorcer par Facebook.
©Reuters

Il ne manquait plus que ça

Etats-Unis : divorcer par Facebook est désormais possible

N'ayant aucun autre moyen de contacter son époux, une infirmière new-yorkaise a légalement été autorisée par un juge à transmettre ses documents de demande de divorce via le réseau social.

Sur Facebook, on se fait des contacts, des amis, des amours et maintenant on divorce. Aux Etats-Unis, le juge Matthew Cooper de la Cour de justice suprême de Manatthan (New-York) a reconnu à une infirmière l'admissibilité de l'envoi de documents à signer relatifs à sa demande de divorce via Facebook, rapportait le New York Daily News, lundi 6 avril. "Une nouveauté juridique nécessaire", a estimé Andrew Spinell, avocat d'Ellanora Baidoo, 26 ans.

Car le mariage n'a pas été consommé et mari et femme n'ont jamais vécu ensemble. S'ils ont échangé par téléphone et Facebook, l'époux assurait n'assure avoir ni adresse fixe ni lieu de travail. "Il a également refusé de se rendre disponible pour recueillir les papiers du divorce", explique Matthew Cooper. Par ailleurs, "le service postal n'avait pas d'adresse à son nom et aucune adresse de facturation liée à son téléphone portable prépayé n'était disponible". "Un détective privé a même été engagé" sans succès, précise l'avocat. La seule possibilité de lui transmettre les documents du divorce était donc via son compte Facebook.

Un premier message lui a été envoyé la semaine dernière mais est resté sans réponse. Au total, "le juge a précisé que le message sera envoyé une fois par semaine pendant trois semaines", conclut Andrew Spinell. 

Lu sur La Tribune

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !