Dubaï : un photographe se suspend dans le vide au 48e étage d'un gratte-ciel pour échapper à l'incendie géant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Dubaï : un photographe se suspend dans le vide au 48e étage d'un gratte-ciel pour échapper à l'incendie géant
©Reuters

Acrobate

Dubaï : un photographe se suspend dans le vide au 48e étage d'un gratte-ciel pour échapper à l'incendie géant

Alors qu'il craint de mourir intoxiqué par les fumées en passant dans le bâtiment, ce Philippin réalise que sa "seule option" pour survivre est de se suspendre au balcon et d'attendre d'éventuels secours.

Une soirée qu'il n'est pas près d'oublier. Non pas pour le magnifique feu d'artifice de Dubaï, mais parce qu'il a faili perdre la vie. Un photographe a ainsi passé une demi-heure suspendu au 48éme étage d'un gratte-ciel, accroché par un simple corde à sa ceinture... Pour échapper aux flammes qui venaient d'embraser l'hôtel cinq étoiles The Address Downtown situé dans dans le centre de Dubaï, l'homme n'a trouvé que cette solution pour rester en vie... 

Le photographe philippin qui devait réaliser un reportage sur le feu d'artifice tiré depuis la tour Khalifa, se trouvait alors avec un ami sur un balcon de l'hôtel dans une partie réservée au personnel. Soudain, les deux hommes sont informés qu'un incendie vient de se déclarer dans l'hôtel. L'ami du photographe se précipite alors vers une issue de secours pour prendre la fuite. Le photographe regarde à l'extérieur et voit "de la fumée qui arrivait vers le balcon." 

Il raconte : "J'ai vu une corde à forte résistance" attachée à une nacelle extérieure utilisée par les laveurs de carreaux de l'hôtel. Sa "seule option" pour survivre était de se suspendre au balcon, a-t-il conclu et d'attendre d'éventuels secours. Le photographe dit avoir déroulé 30 mètres de cable. "Je l'ai fixée à ma ceinture et à mon équipement photo et je suis descendu du balcon". La corde "m'a sauvé", a-t-il dit. "Je ne savais pas ce qui se passait plus bas. J'avais peur de m'évanouir à cause de la fumée". Seul un mur séparait son balcon du feu. "Le feu était très près de moi", a-t-il déclaré.  

Ainsi installé, le photojournaliste philippin a alerté ses collègues par téléphone et textos. Plus d'une demi-heure plus tard, il était recueilli sain et sauf par une équipe de la défense civile arrivée au 48e étage par une échelle, puis accompagné à travers des locaux encore pleins de fumée jusqu'en bas du gratte-ciel. Un 31 décembre dont il se souviendra sans aucun doute.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !