Des journalistes de « Science et Vie » démissionnent suite à un « désaccord » avec Reworld Media, le propriétaire du magazine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Des journalistes de « Science et Vie » démissionnent suite à un « désaccord » avec Reworld Media, le propriétaire du magazine
Des journalistes de « Science et Vie » démissionnent suite à un « désaccord » avec Reworld Media, le propriétaire du magazine
©JOEL SAGET / AFP

Journalisme

Des journalistes de « Science et Vie » démissionnent suite à un « désaccord » avec Reworld Media, le propriétaire du magazine

Neuf journalistes ont décidé de quitter la rédaction de « Science et Vie ». La Société des journalistes du magazine évoque notamment  « l'absence totale d'expertise scientifique ».

Neuf journalistes travaillant pour le magazine « Science et Vie » ont annoncé ce mardi 30 mars avoir démissionné en raison de « désaccords » avec le groupe Reworld Media, le propriétaire du titre de presse depuis l'été 2019.

Ce départ collectif concerne cinq titulaires et quatre pigistes. Ces départs risquent de porter « un coup fatal » à cette publication centenaire, spécialisée dans la vulgarisation scientifique, selon sa société des journalistes (SDJ).

Partis début mars, les cinq titulaires ne sont « pas remplacés », selon les précisions de la SDJ dans un communiqué, déplorant « l'absence totale d'expertise scientifique » au sein de la rédaction survivante de huit titulaires (maquettiste, iconographes, etc.), dont un « dernier » rédacteur spécialisé, « nommé rédacteur en chef adjoint ».

Le travail de veille et la « quasi-totalité de la rédaction des articles » sont confiés aux pigistes, sans « équipe rédactionnelle interne » pour assurer la « cohésion éditoriale », selon la SDJ, qui représente aussi Science et vie junior, qui n’est pas touché par cette vague de départs.

La « conception et la réalisation des hors-séries ont été entièrement externalisées et confiées à l’agence Com'Press ».

La nomination d'une directrice de la rédaction et d'un rédacteur en chef sans expertise scientifique ainsi que la gestion du site Internet par des « chargés de contenus » non journalistes sont également critiquées.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !