Des chercheurs révèlent l’existence d'une planète de gemmes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Des chercheurs révèlent l’existence d'une planète de gemmes
©CC

Astronomie de luxe

Des chercheurs révèlent l’existence d'une planète de gemmes

Une planète qui pourrait être recouverte de saphirs et rubis située à 21 années-lumière de la Terre.

Selon une étude menée par l'Université de Zurich, une planète « scintillante » a été découverte dans la constellation de Cassiopée, à 21 années-lumière de nous et qui pourrait constituer une nouvelle classe d'exoplanètes. Son nom : HD219134 b. 

Cette « super-Terre » (sa masse étant presque cinq fois supérieur à notre planète) pourrait, selon les astronomes être recouverte de saphirs et de rubis. Contrairement à la Terre,  HD219134 b ne possède pas de noyau massif de fer, elle est riche en calcium et aluminium et donc par conséquent en pierres précieuses.

« Ces pierres précieuses sont des oxydes d'aluminium qui sont courants sur ces exoplanètes » précise Caroline Dorn, astrophysicienne, questionnée par le DailyMail. Cette « super-Terre » gravite autour de son étoile avec une année qui ne dure que trois jours. 

« Ce qui est excitant, c'est que ces exoplanètes, si elles existent vraiment, sont complètements différentes des planètes semblables à la Terre » ajoute Caroline Dorn. La différence se fait avec la proximité de la chaleur car ces planètes viennent de régions plus proche des étoiles. Les chercheurs pensent que cela permet la création de planètes où le calcium et l'aluminium sont les principaux constituants à côté du magnésium et du silicone, et où le fer est quasiment absent.

Trois « super-Terres » ont été trouvées avec cette nouvelle composition exotique.

De là à aller vérifier sur place...

DailyMail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !