Charles III décide de bannir le foie gras des résidences royales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le roi Charles III a décidé de bannir officiellement le foie gras des tables des résidences royales.
Le roi Charles III a décidé de bannir officiellement le foie gras des tables des résidences royales.
©BEN STANSALL / AFP

Protection animale

Charles III décide de bannir le foie gras des résidences royales

Le roi d’Angleterre milite depuis longtemps pour la protection de la nature et de l’environnement. Pour le remercier de son choix de bannir officiellement le foie gras, l'association Peta lui a envoyé une boîte de « faux gras ».

Le roi Charles III a décidé de bannir officiellement le foie gras des tables des résidences royales, selon une lettre envoyée à l'association Peta. Charles, qui milite depuis longtemps pour la protection de la nature, une agriculture biologique et la lutte contre le changement climatique, est un opposant de longue date au foie gras.

« Merci pour votre lettre à propos des questions éthiques autour du foie gras », écrit le maître de la maison du roi à l'association Peta, dans un courrier dont l'AFP a obtenu une copie vendredi.

« Je peux confirmer que le foie gras n'est pas acheté par la maison royale, ni servi dans les résidences royales et qu'il n'est pas prévu que cette politique change », a indiqué Sir Tony Johnstone-Burt dans sa lettre datée du 10 novembre.

Pour remercier le roi, Peta lui a envoyé une boîte de « faux gras », servi dans le restaurant londonien du chef vegan Alexis Gauthier. Peta « encourage tout le monde à suivre l'exemple du roi et à ne pas manger de foie gras à Noël et après », selon un communiqué de l'association. Peta dénonce le gavage des oies, qui fait partie du processus de production du foie gras.

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !