Carole Ghosn a bénéficié du soutien de la France pour quitter le Japon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Carole Ghosn a bénéficié du soutien de la France pour quitter le Japon
©KAZUHIRO NOGI / AFP

Protection consulaire

Carole Ghosn a bénéficié du soutien de la France pour quitter le Japon

Carole Ghosn, l'épouse de l'ancien patron de Renault-Nissan est arrivée en France samedi en provenance du Japon. Elle a assisté à la récente interpellation de son mari Carlos Ghosn.

Selon des informations de Franceinfo, Carole Ghosn, la femme de Carlos Ghosn, a bénéficié du soutien de la France pour quitter le Japon. Carole Ghosn mène actuellement depuis Paris une stratégie offensive afin de défendre son mari. Carlos Ghosn est emprisonné à nouveau à Tokyo depuis le jeudi 4 avril. De nouveaux soupçons de malversations financières pèsent contre lui.

L'épouse de l'ancien patron de Renault-Nissan a quitté le Japon et a regagné la France le week-end du 6 avril. Elle a assisté à la récente interpellation de Carlos Ghosn à Tokyo. Selon des révélations de Franceinfo, l'ambassadeur de France à Tokyo a personnellement escorté Carole Ghosn jusqu'à ce qu’elle embarque pour Paris le soir du vendredi 5 avril.

Selon une source diplomatique officielle française auprès de Franceinfo, Carole Ghosn "a bénéficié de la protection consulaire à laquelle son mari a droit, comme tout citoyen français et ce même si elle-même ne détient pas elle-même de passeport français". D’après des révélations de Franceinfo, le passeport libanais de Carole Ghosn avait été "confisqué par les policiers japonais". Elle a utilisé un passeport américain pour monter à bord d’un avion Air France le 5 avril. 

De source diplomatique, on se défend d'avoir voulu soustraire Carole Ghosn à la justice japonaise.

Le parquet de Tokyo souhaite que la femme de Carlos Ghosn soit entendue. L'ancien président de Nissan a été une nouvelle fois arrêté pour des soupçons d'enrichissement personnel au détriment du constructeur automobile japonais. Les procureurs soupçonnent Carlos Ghosn d'avoir fait transiter les sommes qu'il aurait détournées via une société dont sa femme Carole est l'une des dirigeantes, afin d'acheter un yacht.

Carole Ghosn a accordé une interview à RTL. Dans le cadre de cet entretien, elle se dit prête à retourner au Japon pour répondre à la justice.

"J'irai, bien sûr". 

L'épouse de Carlos Ghosn assure donc qu'elle retournera au Japon si la justice souhaite l'entendre dans le cadre des enquêtes qui visent son mari. 

"Mais entre temps, je suis là (en France, ndlr) pour travailler un peu sur ce dossier, pour aider mon mari. Ensuite je retournerai au Japon pour être près de lui. L'idée de le savoir tout seul est vraiment très dure à accepter".

Carole Ghosn a lancé un appel à l'aide à Emmanuel Macron :

"Qu'il fasse sortir mon mari prison. Déjà, il a fait 111 jours. La France est le grand pays des droits de l'Homme et maintenant, on ne sent pas qu'il y a des droits de l'Homme en France. Je ne veux pas que mon mari soit au-dessus des lois mais qu'il soit jugé de façon équitable".

Dans le JDD, elle a également expliqué s’être sentie en danger après l’arrestation de son mari jeudi 4 avril. Persuadée de l’innocence de son mari, Carole Ghosn a précisé ce week-end , dans les colonnes du Journal du dimanche, que son époux a enregistré avant son arrestation une vidéo "pour dire la vérité" :

"Quand il a compris qu’il allait être arrêté, il a enregistré une interview par Skype pour TF1 et LCI. Il a aussi enregistré une vidéo en anglais où il donne sa version de l’affaire. Il avait envie de désigner les responsables de ce qui lui arrive. Ce sont les avocats qui l’ont, elle sera diffusée bientôt".

Depuis la France, Carole Ghosn appelle donc à un jugement équitable de son mari et au respect de la présomption d’innocence.

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !