Bourde au Stade de France : l'hymne albanais remplacé par celui d'Andorre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Bourde au Stade de France : l'hymne albanais remplacé par celui d'Andorre
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Euro 2020

Bourde au Stade de France : l'hymne albanais remplacé par celui d'Andorre

L'incident a eu lieu avant le coup d'envoi du match France-Albanie.

Grosse bourde au Stade de France, ce samedi 7 septembre. Avant d’affronter l'équipe de France, dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2020, l’équipe d’Albanie a eu la mauvaise surprise d’entendre un hymne qui n’était pas le sien : les organisateurs, plutôt que de passer l'hymne national albanais, ont diffusé celui de la principauté d'Andorre. Si les spectateurs français, majoritaire au Stade de France, n'ont pas remarqué la bévue, les milliers d'Albanais présents l'ont évidemment mal pris et ont commencé à siffler l'hymne, au grand étonnement des organisateurs. Il a fallu que le capitaine de l'équipe d'Albanie prévienne l'arbitre pour que les organisateurs prennent conscience de leur bévue. Ils se sont alors excusé et ont annoncer qu'ils allaient diffuser l'hymne... de l'Arménie ! Décidemment, quand ça veut pas...

Au bout de quelques minutes, l'hymne national albanais, l’Himni i Flamurit, dont les paroles ont été écrites en 1912 par le poète Aleksander Stavre Drenova, a finalement été diffusé, sous les applaudissements du stade. Le coup d'envoi du match a été donné avec environ sept minutes de retard.

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, est allé présenter ses excuses au président de la Fédération albanaise ainsi qu'à l'ambassadeur présents dans le stade.

Lors de ce match, l'équipe de France s'est imposée 4 à 1 contre l'Albanie.

Sport24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !