Antonio Banderas explique pourquoi Salma Hayek n'a pas dénoncé plus tôt les agissements de Harvey Weinstein | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Antonio Banderas explique pourquoi Salma Hayek n'a pas dénoncé plus tôt les agissements de Harvey Weinstein
©FRED DUFOUR / AFP

Silence, on tourne

Antonio Banderas explique pourquoi Salma Hayek n'a pas dénoncé plus tôt les agissements de Harvey Weinstein

"Si j’avais eu conscience d’une telle bestialité, j’en aurais parlé", déclare Antonio Banderas.

Il a fallu de longues années pour que le silence qui régnait autour des agissements de Harvey Weinstein, le producteur déchu accusé d'agressions sexuels et de viols par plusieurs femmes, se brise. Parmi les premières à en avoir parlé, l'actrice mexicaine Salma Hayek, qui déclarait dans le New York Times en décembre 2017 "Harvey est mon monstre aussi". Elle y racontait que lors de la production du film Frida, en 2002, il lui aurait plusieurs fois demandé de prendre une douche avec lui, de le laisser avoir un contact sexuel avec elle ou de se mettre nue devant lui avec une autre femme. Le producteur rejette ces accusations.

Dans un entretien à l'AFP, l'acteur espagnol Antonio Banderas, partenaire de Salma Hayek dans Frida, explique : "J’ai travaillé avec Harvey Weinstein, il a produit des films dans lesquels je jouais, mais je n’avais pas conscience" de ces abus. "Lorsque Salma s’est exprimée, la première chose que j’ai faite est de l’appeler pour lui demander “Pourquoi ne m’as-tu rien dit ?” Elle essayait de me protéger, de protéger ses amis, car elle savait qu’il était très puissant et que si elle nous avait dit quelque chose et que nous lui avions fait face, nous aurions payé un prix très cher", assure-t-il.

Antonio Banderas explique que s'il avait "eu conscience d’une telle bestialité", il en aurait parlé à Weinstein. "Je pense que cela devait exploser, c’est inacceptable dans le monde du cinéma, de la banque, où que ce soit, cela ne peut pas exister. C’est criminel d’abuser les gens à ce point, les agresseurs devraient être jugés", déclare-t-il.

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !