Accusations de pédophilie : HBO fait appel de la décision de justice concernant un documentaire sur Michael Jackson | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Accusations de pédophilie : HBO fait appel de la décision de justice concernant un documentaire sur Michael Jackson
©CARL DE SOUZA / AFP

"Leaving Neverland"

Accusations de pédophilie : HBO fait appel de la décision de justice concernant un documentaire sur Michael Jackson

La chaîne HBO a fait appel de la décision d'un juge qui, le mois dernier, s'est rangé du côté des héritiers de Michael Jackson dans leur bataille contre le documentaire "Leaving Neverland".

La chaîne HBO a fait appel de la décision d'un juge qui, le mois dernier, s'est rangé du côté des héritiers de Michael Jackson dans leur bataille contre le documentaire "Leaving Neverland", a rapporté Variety cette semaine.

10 ans après la mort du Roi de la pop, ses ayants-droits avaient porté plainte contre la chaîne qui comptait diffuser "Leaving Neverland", un documentaire affirmant que le chanteur aurait commis des agressions sexuelles sur mineurs. Ce documentaire donne notamment la parole à deux hommes, James Safechuck et Wade Robson, qui accusent le chanteur de pédophilie.

Les ayants droit de Michael Jackson réclament 100 millions de dollars de dommages et intérêts. Ils accusent HBO de violer un accord de "non-dénigrement" signé en 1992 par la chaîne afin de pouvoir diffuser Michael Jackson in Concert in Bucharest: The Dangerous Tour. "HBO n'a pas respecté cet accord de ne pas dénigrer Michael Jackson en produisant et vendant au public une seule version d'une propagande pour exploiter sans honte un homme innocent qui n'est plus là pour se défendre lui-même", écrivent-ils.

Alors que les ayants-droits demandent à ce que l'affaire se conclue par un arbitrage, HBO affirme que le documentaire est protégé par le Premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté d'expression, et cherche à classer l'affaire en vertu de la loi californienne anti-SLAPP, qui interdit les poursuites qui menacent la liberté d'expression sur des questions d'intérêt public. Or, dans sa décision du mois dernier, le juge a conclu que le statut anti-SLAPP ne s'appliquait pas aux demandes d'arbitrage. Il a rejeté la requête en annulation formulée par HBO et ordonné que l'affaire soit soumise à l'arbitrage. C'est de cette décision qu'HBO a fait appel.

Pour les héritiers du chanteur, "HBO aurait pu et aurait dû s'assurer que 'Leaving Neverland' était correctement sourcé, que les faits étaient vérifiés et qu'il y avait une équité dans la présentation. Au lieu de cela, ils ont choisi de financer et produire un film dans lequel ils savaient que les deux protagonistes ont témoigné sous serment pendant de nombreuses années et raconté à leurs familles, amis et aux forces de l'ordre que M. Jackson ne leur avait rien fait de déplacé", écrivent-ils dans la plainte.

Les deux hommes ont, en effet, déjà témoigné devant une juridiction américaine en 2005 : ils avaient blanchi le chanteur des accusations d'agression sexuelle dont il faisait l'objet. Ils ont depuis affirmé que leurs rétractations avaient été faites sous la contrainte et les menaces.

Variety

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !