Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crédits Photo: Capture / AFP TV

Ministère de l'Intérieur

Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS

En cette période de confinement face à l’épidémie de Covid-19, les plaintes pour violences conjugales seraient en augmentation. Le gouvernement vient de mettre en place une série de mesures et de nouveaux dispositifs afin de lutter encore plus efficacement contre ce fléau : des points d’accueil en pharmacie et dans des centres commerciaux sont ainsi accessibles, tout comme la mise en avant d’une plateforme de signalement en ligne anonyme et gérée par des professionnels formés à ces problématiques. 

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a dévoilé ce mardi 31 mars lors de la séance de questions au gouvernement qu’un nouveau dispositif sera accessible dès ce mercredi 1er avril pour les victimes de violences intrafamiliales. Il sera ainsi possible d’envoyer un SMS d’alerte au 114 pour déclencher l’intervention des forces de sécurité (police et gendarmerie). 

Cette mesure est inspirée par le CHU de Grenoble selon Christophe Castaner :  

"C’est une proposition construite avec Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui m’a signalé la disponibilité du 114 et de la plateforme qui est gérée par des services hospitaliers de Grenoble.  […] Un policier ou un gendarme peut appeler une femme dont on sait qu’elle est à risque même si la procédure n’a pas fait en sorte qu’elle soit séparée de son conjoint, peut-être parce qu’elle n’a pas porté plainte. En aucun cas, le confinement ne doit être un empêchement et permettre de laisser des violences intrafamiliales ou conjugales".

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !