Valls à l’Assemblée : "Changez de ton quand il s’agit du président de la République" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters

Soutien

Valls à l’Assemblée : "Changez de ton quand il s’agit du président de la République"

Le Premier ministre a vivement défendu le chef de l’Etat devant les députés ce mardi.

Union sacrée à la tête de l’exécutif. Si vous en doutiez, Manuel Valls l’a prouvé ce mardi. Le Premier ministre a en effet vivement pris la défense du chef de l'Etat s’affichant même en bouclier inébranlable de François Hollande lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Il a notamment invité le député UMP Pierre Lellouche à "changer de ton" s'agissant du président, ce qui a provoqué le départ de l'hémicycle du groupe UMP alors que s'achevait la séance des questions au gouvernement. 

"Monsieur Lellouche, même sur le Mali vous trouvez le moyen de polémiquer, même sur le Mali vous trouvez le moyen de mettre en cause le chef de l'État, même sur le Mali vous mettez en cause le président de la République, qui a pris une des décisions les plus importantes de son quinquennat, c'est-à-dire de faire intervenir la France au Mali pour lutter contre le terrorisme", a lancé Manuel Valls à Pierre Lellouche, qui avait accusé le chef de l'État de "louvoyer" au sujet du budget des armées et évoqué les "conditions extrêmement difficiles" dans lesquelles la France intervenait au Mali. 

Auparavant Manuel Valls avait vivement attaqué la députée UMP Virginie Duby-Muller qui reprochait un laxisme de la réforme pénale de Christiane Taubira : "Je vais vous dire très franchement ce que je pense de votre question. Notre pays crève littéralement de ce genre de polémiques et de positions". Ambiance. 

 
Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !